Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Band 1) — Paris: Ledoux, 1824

Seite: XCIX
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824bd1/0113
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
DE J. J. BARTHELEMY. Xcix
tantôt par des aveux qui en affaiblissent le poids,
tantôt par des sacrifices qui les écartent absolument.
Dans le chapitre premier, Anacharsis observe
que ce ne fut qu’à son retour en Scythie qu’il mit
en ordre la relation de son voyage ; et il ajoute :
« Peut-être serait-elle plus exacte , si le vaisseau où
« j’avais fait embarquer mes livres n’avait pas péri
« dans le Pont-Euxin. « D’où il suit que, dans la
révision de son ouvrage, privé des mêmes secours
que nous, il n’a pas pu étendre ou vérifier certains
articles dont il n’avait conservé qu’un léger sou-
venir.
Dans le chapitre XX, il aurait voulu donner quel-
ques détails sur les prix des denrées, et en consé-
quence sur celui des différentes propriétés des Athé-
niens ; ne pouvant le faire, il dit qu’il avait pris
une note exacte de la valeur des denrées, mais que,
l’ayant perdue, il se souvenait seulement que le blé
valait ordinairement cinq drachmes le médimne ,
un boeuf de première qualité environ quatre-vingts
drachmes ou soixante-douze livres, etc.
Dans le XLVIe chapitre, il rapporte la loi de
Lycurgue qui établissait l’égalité des fortunes entre
les citoyens. Suivant le cours ordinaire des choses,
une pareille loi ne peut subsister long-temps : par
quelles précautions Lycurgue comptait-il en as-
surer la durée ? La question était assez importante,
et, faute de monumens, nous ne sommes plus en
loading ...