Barthélemy, Jean Jacques
Voyage du jeune Anacharsis en Grèce (Band 1) — Paris: Ledoux, 1824

Page: 137
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/barthelemy1824bd1/0271
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE LA GRÈCE, PART. Il, SECT. I. iS'J
abandonnerait ses travaux pour le stérile plaisir
déjuger les différends des particuliers. Si depuis
il s’est emparé des tribunaux, si son autorité
s’en est accrue, il faut en accuser Périclès, qui,
en assignant un droit de présence aux juges 1,
fournissait aux pauvres citoyens un moyen plus
facile de subsister.
Ce n’est point dans les lois de Solon qu’il faut
chercher le germe des vices qui ont défiguré son
ouvrage; c’est dans une suite d’innovations qui,
pour la plupart, n’étaient point nécessaires, et
qu’il était aussi impossible de prévoir qu’il le
serait aujourd’hui de les justifier.
Après l’expulsion des Pisistratides, Clisthène,
pour se concilier le peuple, partagea en dix tribus
les quatre qui, depuis Cécrops, comprenaient
les habitans de l’Attique 2; et tous les ans on tira
de chacune cinquante sénateurs , ce qui porta le
nombre de ces magistrats à cinq cents.
Ces tribus, comme autant de petites républi-
ques , avaient chacune leurs présidens, leurs offi-
ciers de police, leurs tribunaux, leurs assemblées
et leurs intérêts. Les multiplier et leur donner
plus d’activité, c’était engager tous les citoyens,
sans distinction, à se mêler des affaires publiques ;
1 Arislot. de rep. lib. 2, cap. 12, p. 336. —2 Herodot. lib. 5,
cap. 66 et 69. Aristot. ibid. lib. 6, cap. 4? p. AïS. Plut, in Per.
p. i53.
loading ...