Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Institut Egyptien <al-Qāhira> [Editor]
Bulletin de l'Institut Egyptien — 3.Ser. 10.1899

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.12719#0034
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
28

BULLETIN DE I.'lNSTlTUT EGYPTIEN

travers ces dissertations auxquelles présidait la froide mathéma-
tique de Mongé, que Bonaparte écoutait avec intérêt et dans les-
quelles dominait la voix puissante de Berthollet.

Ces dissertations auxquelles prenaient part tant d'hommes déjà
illustres, ou en passe de le devenir, ne nous ont pas été, malheur-
eusement, conservées en détail ; mais nous en avons un résumé
fidèle et comme un écho dans la Description de l'Egypte, et par
le nombre et l'étendue des mémoires qui ont pris place dans ce
monumental ouvrage, on peut juger facilement de l'intérêt et
de l'importance que l'Institut d'Egypte avait, ajuste titre, accordé,
dans ce pays, à l'agriculture et aux industries qui en découlent
directement.

Parmi les membres de l'Institut d'Egypte et les adjoints de la
Commission des Sciences et des Arts, vingt-cinq furent désignés
pour s'occuper de ces questions. C'étaient, je cite au hasard de la
rencontre, Jomard, tout jeune, puisqu'il a pu être plus lard, des
nôtres ; Boudet, pharmacien en chef de l'armée, Coutelle, Rozière,
ingénieur des mines, Malus, le général Andréossy, Berthollet,
Descoslils, Rouger, Du Bois Aymé', Jollois, Martin, Devilliers,
Cécile, Reynier, Delille, Lepère, Conté, Chabrol, Garcin, Caudière,
Gaffe, Bourgent, et enfin Girard, ingénieur en chef des ponts et
chaussées. Ils se partagèrent la besogne par catégories, et le pays
par régions; chacun prit pour sujet d'étude ce qui rentrait le plus
immédialement dans la sphère de ses connaissances et de ses apti-
tudes, et tous s'cpandirent sur l'Egypte à la suite de l'armée,
curieux d'étudier le présent et soucieux de préparer l'avenir. Ils se
hâtèrent, et, dans leur ardeur, se firent souvent rappeler à l'ordre
par les chefs de corps auxquels ils donnaient de perpétuelles pré-
occupations, tantôt s'aventurant au delà des avant-postes, tantôt
s'af tardant et forçant l'arrière-garde à revenir sur ses pas à leur
recherche. Bientôt les mémoires affluèrent. Quelques mois suffirent
à recueillir les matériaux nécessaires à l'établissement de cet ad-
mirable rapport d'ensemble sur l'agriculture, l'industrie et le
commerce d'Egypte, dont la rédaction fut plus tard confiée à
Girard — monument si complet et d'allure si magistrale qu'après
cent ans passés on ne saurait trouver plus, ni mieux, à dire sur le
sujet, et qu'il a gardé un caractère frappant, non seulement de
vérité, mais d'actualité.
 
Annotationen