Cagnat, René
Lambèse — Paris, 1893

Page: 64
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1893/0070
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LAMBÈSE

exposé au praetorium. On pourra donc se dispenser de visiter
cette collection, si l'on est pressé par le temps.

Mais il ne faudra pas oublier de se l'aire montrer, dans le
jardin de la Maison centrale, les restes d'une mosaïque qui a été
jadis assez belle, la mosaïque dite « des Quatre Saisons Elle
formait le pavement d'une salle carrée, située à l'intérieur
du camp, qui était peul-être une chapelle consacrée à la divi-
nité impériale; car on y a trouvé un petit autel en marbre, au-
jourd'hui déposé à Paris, au Cabinet des médailles. La mosaïque
représentait les quatre Saisons figurées en buste aux quatre
coins : en haut, à droite, le Printemps ; à gauche, l'Été avec sa
faucille;en bas, sous l'Été, l'Automne;sous lû Printemps, l'Hiver.
Le centre de la composition était occupé par le buste de Rac-
chus, qui subsiste seul aujourd'hui. L'exécution de cette mosaïque
est soignée et l'effet tout à l'ait satisfaisant.

Musée du praetorium '.

L'idée de réunir les antiquités do Lambèse dans le prétoire
de la légion remonte au début de l'occupation de l'Algérie :
elle devait s'offrir tout naturellement à qui cherchait une enceinte
pour mettre à l'abri non point des intempéries, mais des hommes,
les nombreuses trouvailles faites dans le camp et dans la ville.
Les officiers de Lambèse et de Batna, en tète desquels il faut
citer le colonel Carbuccia, furent les véritables fondateurs du
musée du praetorium. Depuis lors il s'augmenta peu à peu,
grâce à l'initiative de quelques personnes éclairées, des curés
du village, des directeurs de la Maison centrale, grâce aussi à
.la générosité de certains colons, trop peu nombreux malheureu-
sement, qui firent don au musée des objets trouvés sur leur
terrain. Le. nom de M. Bertrand, qui figure au pied de deux sta-
tues offertes par lui, mérite d'être signalé. Lorsque le service
des Monuments historiques, en 1880, eut achevé la restauration

i. La clef des portes du praetorium est déposée en double, à ta Maison
centrale de correction et entre les mains du gardien des ruines, repré-
sentant du .Ministère des Beaux-Arts.
loading ...