Cagnat, René
Musée de Lambèse: promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie — Paris, 1895

Seite: 48
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
48

LE MUSÉE DE LAMBÈSE

PLANCHE IV

FRAGMENTS DE SCULPTURE ET STÈLES

I. — TORSE DE BACCHUS

Au Praetoriutn. — Marbre blanc. — Hauteur 0.75.
Provenance inconnue.

La tête, les bras et les jambes de la statue ont disparu. Le côté
droit, qui est resté exposé à l'air et à la pluie pendant des siècles,
est couvert d'une patine noirâtre.

Il est aisé de reconnaître dans ce fragment un torse de Bacchus :
les boucles de cheveux, qui tombent sur les épaules, ne laissent
aucun doute à cet égard. Le mouvement de la hanche droite, qui
est un peu plus haute que la hanche gauche, et celui du pectoral
gauche, qui indique un bras légèrement relevé, se retrouvent dans
toutes les statues analogues C'est un type très connu en archéo-
logie et dont il y a eu, semble-t-il, dans les provinces africaines, de
nombreuses répliques (-2\ Le dieu était appuyé du bras gauche sur le
thyrse; de la main droite, baissée vers la panthère traditionnelle, il
tenait une coupe.

Deux traces de tenons se remarquent sur le fragment, l'un à
droite, qui soutenait le bras, l'autre à gauche, qui assurait peut-être
la solidité du thyrse.

L'exécution du morceau est assez sèche.

(1) Cf. par exemple le beau Bacchus du
musée de Naples (Lenormant, Chefs-d'œuvre
de Vart antique, IV, pl. 25).

(2) Cf. Doublet, Musée d'Alger, p. 37;
Doublet et Gauckler, Musée de Constantine,
p. 34, et les rapprochements qu'ils indiquent.
loading ...