Cagnat, René
Musée de Lambèse: promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie — Paris, 1895

Page: 64
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895/0074
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
64 LE MUSÉE DE LAMBÈSE

n'est pas absolument certaine. On voit, en tout cas, que si le pri-
mipilat de Sattonius Jucundus remonte à la reconstitution de la
légion, c'est-à-dire à l'an 2^3, le vœu qui amena l'érection, par lui,
d'une statue du Dieu Mars est un peu postérieur. Il ne peut pas
être placé au delà de l'année 2^9, qui vit la mort du jeune Valérien
et la prise de Valérien père par les Perses.

6. — DÉDICACE A L'AQUA ALEXANDRIANA

Au Praetorium. — Belle base haute de 1.06 et large de 0.87, trouvée au nymphaeum.
Lettres hautes de 0.055 à la première ligne, de 0.05 à la seconde, de 0.04 aux suivantes.

Numini aquae Alexandrianae,

Hanc aram Nymphis extruxi nomine Laetus

Cum gererem fasces, patriae minore secundo.

Plus tamen est mihi gratus honos, quod fascibus annus

Is nostri(s) datus est, quo sancto numine dives

Lambaesem largo perfudit flumine Nympha

Inscription qui rappelle les travaux exécutés pour la construc-
tion ou l'amélioration d'un aqueduc destiné à alimenter la ville de
Lambèse. L'auteur de ces travaux comme aussi du monument est
un citoyen du nom de Laetus, qui, ainsi qu'il l'indique par des péri-
phrases, était duumvir — on sait, en effet, que, à l'imitation des
consuls de Rome, les magistrats suprêmes des colonies et des mu-
nicipes avaient droit à des faisceaux, au nombre de deux, et que le
duumvirat était annuel.

L'épithète Alexandriana indique l'époque de Sévère Alexandre.
Le mot fut martelé, à la suite de la mort de cet empereur, sa mé-
moire ayant été condamnée, puis regravé ensuite dans le creux obtenu
par le martelage.
loading ...