Cagnat, René
Musée de Lambèse: promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie — Paris, 1895

Page: 67
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895/0077
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE MUSÉE DE LAMBÈSE 67

une autre trouvée jadis par L. Renier^; mais comme les deux co-
lonnes y sont un peu différemment distribuées que sur la présente,
les textes se complètent l'un l'autre; ce qui m'a permis certaines
restitutions de prénoms et de gentilices.

Le recrutement de la légion à l'époque où cette inscription a
été gravée était purement africain; on ne peut lui attribuer comme
date que la fin du 11e siècle ou le début du mc(2).

Villes mentionnées dans le texte : Ammaedara (i fois) ; Castra,
c'est-à-dire le camp de la légion (32 fois); Cirta (8 fois); Cuiculurn
(i fois) ; Hadrumetum (2 fois) ; Karthago fois); Maxula (1 fois) ;
Milevum (3 fois); Sicca (10 fois); Simittu (8 fois); Su/es (2 fois);
Thamugadi fois); Theveste (4 fois); Thuburbo (2 fois); Utica
(1 fois).

Fonctions militaires mentionnées : armorum custos (3 fois) ;
beneficiarius consularis (1 fois); beneficiarius tribuni laticlavi (1 fois);
discens cornicinem? (1 fois); eques (2 fois); hanispex (1 fois); immunis
(2 fois); librarius (1 fois); polio (1 fois); strator (1 fois); tesserarius
(1 fois).

2. INSCRIPTION RELATIVE A LA CONSTRUCTION
D'UN AQUEDUC A BOUGIE

Jardin de la Maison Centrale.— Base de pierre, autrefois de forme hexagonale, haute de im70,

chaque face mesurant om,f5 de largeur.

La moitié du monument a disparu aujourd'hui, si bien qu'il ne
reste plus que trois des faces. Il a été trou.vé au mois d'octobre 1866
par M. Médan, propriétaire à cette époque de la ferme Parisel, à
400 mètres environ à l'est du Praetorium. Chaque face est divisée
en trois parties. Au haut se voit un buste de femme dont la tête
est cassée; au-dessous, dans un cartouche à queues d'aronde, on lit

(1) C. I. L., VIII, 2567.

(2) Cf. mon Armée d'Afrique, p. 3 64 et suiv.
loading ...