Cagnat, René
Musée de Lambèse: promenades archéologiques en Algérie et en Tunisie — Paris, 1895

Page: 70
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1895/0080
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
70 LE MUSÉE DE LAMBESE

de Porcius Vetustinus, procurateur de Maurétanie en 147 i^o(l).
Nonius Datus reçut de nouveau l'autorisation de venir à Bougie
pour s'entendre avec les entrepreneurs et les diriger; il y resta
même quelque temps pour organiser les chantiers; il serait demeuré
plusieurs mois s'il n'était tombé malade : il dut regagner Lambèse.
L'œuvre paraissait devoir aboutir assez promptement, lorsqu'un
accident faillit en compromettre le succès. Il s'agissait de percer un
tunnel à travers une montagne pour y faire passer l'aqueduc; on
établit à chaque extrémité une équipe d'ouvriers en leur enjoignant
de marcher les uns vers les autres ; ils devaient se rencontrer à mi-
route. Mais les mesures avaient été mal prises ; chacune des
équipes, au lieu de creuser suivant une même ligne, se laissa aller
à infléchir légèrement vers la droite, sans s'en apercevoir, si bien
que les deux parties du tunnel se trouvèrent se diriger parallè-
lement l'une à l'autre. Les ouvriers, qui travaillaient sous terre,
ne voyant pas la cause du mal, commençaient à se désespérer; on
était sur le point de renoncer à l'entreprise. Pour la troisième fois,
le procurateur de Maurétanie, qui était alors Varius Clemens
(en i$2)(2), eut recours au gouverneur de Numidie. Nonius Datus,
alors vétéran, partit de nouveau pour Bougie. Attaqué en route par
des brigands malgré son escorte, il parvint à s'échapper, tout
meurtri et sans vêtements. Il arriva à Saldae. Le procurateur le
conduisit à la montagne, où il trouva les chantiers en désarroi ; il
se rendit compte immédiatement des fautes commises, remit les
ouvriers à l'œuvre, et excita si bien leur zèle que Varius Clemens
put inaugurer l'aqueduc peu de temps après.

L'aventure est intéressante ; Nonius Datus trouva qu'elle était
fort honorable pour lui et tint à ce que la postérité en fût instruite ;
il la conta tout au long sur ce monument qui est, sans doute, sa
tombe. Pour ôter tout prétexte aux incrédules, il ajouta à son récit

(1) Voir mon Armée d'Afrique, p. 290.

(2) Ibidem.
loading ...