Cagnat, René
Carthage, Timgad, Tébessa et les villes antiques de l'Afrique du Nord — Paris, 1927

Page: 24
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1927/0032
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
24 CARTHAGE

plutôt une demi-vérité. Ce qu'on prenait pour l'Odéon était un grand
théâtre, et le véritable Odéon était situé dans le voisinage.

Ce théâtre, celui dans lequel le rhéteur Apulée prononça un de ses
discours les plus célèbres, a des dimensions considérables. Malheureuse-
ment, il a subi depuis l'époque de sa construction, qui remonte sans doute
à Hadrien, tant de mésaventures qu'on ne distingue plus que les contours

Photo du Service des Antiquités de la Tunisie.

Théâtre de Carthage.

généraux. Les gradins destinés aux spectateurs ont disparu, peut-être
au moment de la domination byzantine ; nous savons que l'édifice tout
entier avait été détruit dès l'an 439 par les Vandales, quand ils pénétrèrent
vainqueurs à Carthage. On a observé partout, lors des fouilles, la trace
de ces violences. « Les colonnes, les statues, les marbres de toute sorte
furent brisés et précipités pèle-mèle dans l'orchestre; puis on incendia le
monument et une couche épaisse de cendres recouvrit tous ces débris. »
Par bonheur, il s'est trouvé qu'un certain nombre de ces statues n'avaient
pas trop souffert du « vandalisme » ; l'on a pu les recueillir, les réparer et
les transporter au musée du Bardo : le plus beau morceau est peut-être
loading ...