Cagnat, René
Carthage, Timgad, Tébessa et les villes antiques de l'Afrique du Nord — Paris, 1927

Page: 84
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cagnat1927/0092
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
84 TIM G AD

la ville de Rome à qui un bouclier spécial était consacré au Capitole avec
la formule prudente : « Que cette divinité soit mâle ou féminine »,
jusqu'aux plus humbles bourgs. On ne s'étonnera donc pas de trouver en
Afrique des sanctuaires élevés au Génie de la cité, non seulement à
Timgad, mais ailleurs encore, par exemple à Tigzirt, en Kabylie (p. 87).

Il serait fastidieux de parler, à l'occasion des temples de Timgad, de

Pholo Neurdoin.

Tébessa. — Temple « de Minerve ».

tous ceux que les ruines d'Afrique nous ont conservés ; leur nombre est
incalculable, chaque cité tenant à honneur d'en posséder plusieurs, et
leurs dispositions ne variant guère.

Deux d'entre eux méritent pourtant encore une mention, l'un parce
qu'il est presque intact, l'autre à cause de son originalité.

Le premier est le temple, dit de Minerve, à Tébessa ; il sert aujour-
d'hui de musée après avoir été transformé successivement, depuis la con-
quête française, en fabrique de savon, bureau du génie, tribunal musul-
man, cantine, cercle militaire et église. On y montait par un escalier
loading ...