Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
iï$ R ELATIONWN VOTAGE
plus obligé de crier aux speórateurs avec Martial i
Splendida cum volitant Spartani pondera disci y
Eße prowl pueri, fit Cernei ille nocens.
Nous n'avions personne à regarder nostre jeu que
ceux de nostre garde qui l'observoient quelquefois
de trop prés pour mon profit.
Nous eûmes plutost fait à cet exercice tout le
tour de nostre campement, que nostre quart qui
duroit deux heures \ ne fut finy. Un autre de la
bande voyant que nous estions assez pour sormer
une petite dance en rond, commença à entonner
une chansbn Turque qui avoit esté faite sur un
jeune homme de Diarbeker3ôc nous mettre en train
par la nouveauté de là chanson -, mais après que
chacun eût dit la sienne, qui en Turc, qui en
Arabe, ils m'obligèrent aussi d'en dire une en Fran-
çois -, à quoy ayant satisfait, ils sè prirent tous à rire
li. fort de ce qu'ils ne pouvoient répeter ma chan-
son , comme je répetois la leur , qu'ils aimèrent
mieux quitter la dance, & achever la garde au-tour
d'un qui prit son taboura 3 ôc qui chantoit deiTus un
air nouveau, que de suivre le mien, ôc répeter des
paroles qu'ils n'entendoient pas.


V. SIGNAL DE LA PRIERE.
O u T e la Religion Mahometane n'estant
fondée que sur la prière frequente, il ne faut
pas s'étonner si les Turcs la réitèrent avec tant d'assi-
duité. Ils croyent que les Juifs ôc les Chrétiens
n'ayans pas obeï au précepte que Dieu leur avoit
fait de le prier souvejit à ij. ordonnai Mahomet de

. p*

preserì
er cins
vœux: ïï
nc poutfc
dement,
de la #
lu que &
cinquant
comme
sont défi
mes qui
qu'ils d<
moins le
Muazzû
fie voix i
fois le j(
en a poi
delà, se
ils crient
yant l'ta
Cette
à midy,
au Solei,
pellent a
La prem
Mma.si s.
dì namaj
niere Y a
ne mane
a la pre
ser voit c
 
Annotationen