Le Roy, David
Les ruines des plus beaux monuments de la Grèce — Paris, 1758 [Cicognara, 2705]

Seite: A_I
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/leroy1758/0101
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
D ISCOURS
Sur la nature des Principes de l'Architecture civile.

JL/ES principes en général sont un petit nombre d'idées eiîentielles & fécondes, qui repré-
sentent en abrégé la subllance des Sciences & des Arts dont ils ont été tirés, & dans lesquels ils
nous servent de guide. Ils sont plus ou moins certains, sélon l'objet de la science ou de l'art au-
quel ils appartiennent : ils ont même différents degrés- de certitude dans une même science ou
dans un même art. Cette dernière vérité ne paroît pas avoir été sentie allez fortement par les Au-
teurs qui ont écrit sur l'Architeâure : quelques-uns frappés de l'évidence de plusieurs de ces prin-
cipes , les ont regardés tous comme des vérités inconteslables ; d'autres envisageant ceux qui sont
établis le moins solidement, les ont crus tous arbitraires. L'objet de ce Discours esl de démêler,
autant qu'il fera possible, de quelle nature sont les différents principes de cet Art ; de faire recon-
noitre ceux qui sont consiants, & auxquels tous les Artistes qui se proposent d'élever des Edifices
qui méritent l'approbation du Public, doivent s'assuje'ttir ; & ceux dont on peut s'écarter quelque-
fois. Une juste appréciation de ces principes nous feroit éviter deux inconvénients très-dangereux
dans l'Architeâure, celui de n'admettre aucunes règles, & de ne prendre pour guide, dans la com-
position des Monuments que le caprice ; & celui d'en admettre un trop grand nombre ; de gêner
par-là l'imagination des Architeâes, & de faire de cet Art sublime une espece de métier où cha-
cun ne feroit que copier, sans choix, Se qui a été fait par quelques Architeâes anciens.
Les principes de l'Architeâure peuvent se diviser en trois classes : les uns que tous peu-
ples de la terre admettent, & que l'on peut regarder comme des axiomes; d'autres qui ne sont
fondés que sur une convention générale des peuples qui ont été, ou qui sont les plus éclairés de
la terre ; & enfin une troisieme espece, qui moins généraux, ne sont adoptés que par quelques
peuples, & qui tiennent au climat des lieux qu'ils habitent, aux matériaux qu'ils posïedent, à leur
puissance, à leurs moeurs, Sç quelquefois à leurs caprices,
On peut placer entre les axiomes d'Architeâure ces principes-ci : Qu'un Edifice, de quelque,
nature qu'il soit, doit être solide : que les habitations des hommes doivent être situées dans un lieu
sain ; qu'un bâtiment doit être consinait de la manière la plus avantageuie pour l'usàge auquel il
eit destiné. Ensin les principes de cet Art fondés sur les loix générales de la méchanique, comme
ceux-ci: Dans un Edifice, les planchers doivent être parallèles entr'eux & à l'horizon : les fardeaux
doivent être dislribués également sur les puissances égales qui les supportent : les piliers qui sou-
tiennentdes fardeaux, de quelque matière qu'ils soient, doivent être perpendiculaires à l'horison, &c.
Ces principes ont été admis de tous les temps & par tous les peuples ; ils le sont encore aujour-
d'hui & le seront toujours, & ils sont si clairs, qu'ils n'ont besoin d'aucune preuve : mais il n'en
esl pas de même de ceux que nous avons rangés dans la séconde & dans la troisieme classe, Se
qui conflituent ce que nous appelions le beau dans cet Art. Ils sont moins généraux & moins
certains : ceux-là ont pour but la conservation &' le bien de notre être ; l'objet des derniers esl
moins esléntiel, mais il esl cependant très-intéressant pour nous ; ils tendent particulièrement à
contribuer à nos plaisirs, en affeâant, d'une manière agréable notre vue, le plus précieux de nos
organes. Recherchons quels sont ces principes.
Entre tous les syslêmes de disposition ou de décoration de Monuments qui ont été for-
//. Partie, g.
loading ...