Le Roy, David
Les ruines des plus beaux monuments de la Grèce — Paris, 1758 [Cicognara, 2705]

Page: V
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/leroy1758/0005
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PRÉFACE.

v3i depuis le renouvellement des Sciences & des Arts en Europe,
les Nations les plus éclairées se sont empressées de recueillir de toutes
parts les Livres des Grecs, leurs Statues, leurs Bas-reliefs, leurs Mé-
dailles , leurs Pierres gravées ; s'ils font l'ornement des Cabinets des plus
grands Princes & l'admiration de tous les gens de goût, on n'a pas
moins desiré de connoître leurs Monuments. Des Architectes , dans
le quinzième siecle, encouragés par les bienfaits des Médicis , les étu-
dièrent sur quelques croquis (a) imparfaits qui leur en parvinrent, &
sur les Edifices antiques de l'Italie, copiés en partie sur ceux de la
Grèce. Louis XIV desira que les François remontassent plus haut;
non-seulement il envoya des Dessinateurs fouiller dans les Ruines de
la Grèce même Çè), afin que, comme les anciens Romains, nous pus-
sions puiser dans ses sources fécondes les principes de l'Archite&ure ï
mais encore il chargea d'autres personnes, dans le même temps, d'aller
dessiner tous les Monuments qu'ils trouveroient dans l'Egypte, dans
la Syrie , dans la Perse & autres lieux.
Quelqu'infructueux qu'aient été ces voyages, ou parce que
ceux qui les firent ne remplirent pas les grandes vues du Monarque
qui les leur ordonna, ou par la perte de leurs DesTeins , ils n'ont ce-
pendant pas été entièrement inutiles ; en apprenant à tous les Peuples
qui cultivent les beaux Arts , qu'il refloit dans le Levant des Mo-
numents dignes de leur curiosité, ils ont frayé la route aux Particuliers
capables de les entreprendre avec plus de succès.
Nous venons de recueillir les fruits de ceux que MM. Wood
& Dawkins ont fait à Palmyre & à Balbec : les Ruines de ces deux
Villes qu'ils ont données dans leur langue, & publiées aussi dans la
nôtre ( par un motif ( c ) dont la République des Lettres doit leur
savoir gré ) font honneur à leur Nation , & méritent les suffrages
qu'ils reçoivent de toutes les autres.
Ce n'est cependant ni à ces Ouvrages, si capables d'eiicou-

(a) On voit quelques-uns de ces croquis dans unManuscrit
delà Bibliothèque Barberin, de Julien San-Galo, dont j'au-
rai occasion de parler ailleurs plus amplement : & il paroît
pat quelques inventions de Michel-Ange, ou qu'il envoya des
Elevés dans la Grèce pour y dessiner quelques Monuments
/. Partie.

qui y restoient encore, ou qu'il lui en parvint quelques Desseins.
{b) Présace de la Traduction de Vitruve, parPérault»
première édition imprimée en M D C. LXXIII.
(c) Voyez ce que ces Auteurs dhent à ce sujet, Prtsact de
Balkc.
loading ...