Mariette, Auguste
Abydos: description des fouilles (Band 2): Temple de Séti (Supplément). Temple de Ramsès. Temple d'Osiris. Petit Temple de l'Ouest. Nécropole — Paris, 1880

Page: 36
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/mariette1880bd2/0038
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHAPITRE CINQUIÈME.

PETIT TEMPLE DE L'OUEST.

216. — Le petit temple de l'ouest est à Abydos ce que le petit temple d'Aménophis 111 est à El-Kab, ce que
le petit temple de.Deir el-Me'dinet est à Thèbes. 11 est situé, comme les édifices que nous venons de citer,
non seulement loin de la ville, mais loin de la nécropole, c'est-à-dire tout à fait dans le désert. C'est à 3oo
mètres environ au sud-ouest de la Chounet ez-Zebib qu'on en rencontre les ruines.

Quoiqu'il fût connu des habitants des villages voisins, le petit temple de l'ouest avait échappé à nos
premières investigations. Aussi ne figure-t-il pas sur le plan topographique des ruines d'Abydos publié dans
notre premier volume (î).

217. — Le petit temple de l'ouest est rasé jusqu'au niveau du sol. Il est seul, au milieu dune longue plaine
de sable, sans voisinage d'aucune sorte. Rien ne le signale à l'attention qu'un bloc de granit gris, provenant
d'une chapelle.démolie, que de loin on prend facilement pour un rocher de la montagne.

218. — Au dire des fellahs, le petit temple de l'ouest a été exploité, il y a une quarantaine d'années, par
les agents des Consuls européens qui, à cette époque, ont fait d'Abydos le centre de leurs travaux. Autant que
nous avons pu le comprendre, des stèles, de belles statues, dans lesquelles nous avons cru reconnaître les
statues de Jouiou et à'Ounnefer, aujourd'hui au Louvre, ont été alors découvertes et enlevées.

219. — L'état des ruines du temple, son peu d'importance comme dimension, les fouilles dont il a déjà été
l'objet, ont enlevé à nos propres recherches tout leur intérêt. Une seule stèle, très remarquable à la vérité (a),
a été recueillie, couchée dans le sable qui l'avait dérobée aux investigations de nos devanciers. Parmi les
monuments plus ou moins mutilés qui sont venus avec la stèle jusqu'à nous (3), nous citerons le naos de
Nectanébo, la statue de Uamsès III, et quelques bonnes inscriptions, que l'effritement de la pierre sur laquelle
elles sont gravées nous a malheureusement empêché de transporter jusqu'à Boulaq.

(i) Abyios, t. 1, pi. 1.

(a) Abyios, t. Il.pl. 41.

(3) On trouvera la liste de tous ces objets dans notre Catalogue général, n" 1154 et 1/190.
loading ...