Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Montfaucon, Bernard de
L' antiquité expliquée et représentée en figures / Antiquitas explanatione et schematibus illustrata (Band 4,2): La guerre, les voitures, les grands chemins, les ponts, les aqueducs, la navigation: Les chemins publics, les aqueducs, & la navigation — Paris, 1722

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.890#0144
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
L'E' PERON DE LA PROU E:


Les vaisscaux de guerre,leur équipage, & leurs ornemens.
Batailles navales. Les ports.

CHAPITRE PREMIER.

I. L'éperon de la proue , là principale arme offenfi-ve des navires. 1I. Remparts
saits aux bords des vaiféaux. XII. Les rameurs à couvert
pendant le tems du combat naval.

I \ T Ous avons suffisammerit parle' de l'e'peron des vaisseaux, & nous avons
j_^ expliqué ci-dessus tout ce qui regardait sa sigure ; c'étoic, pour ainsi
dire, la principale arme du vaisseau, de laquelle on se servoit pour percer les
vaisseaux des ennemis ,& pour les choquer violemment, julqu'à les couler
à fond j cet e'peron étoit à fleur d'eau: voila pourquoi Virgile dit au V. de
l'Enéide, que la mer étoit fendue par les rames & par les éperons, qui faisoient
une especedc bruissement ensillonnant la mer: Lucainen parle de même. Il
étoit ainsi placé pour frapper le vaisseau en un endroit où l'eau pût d'abotd
entrer à grands ssors par le trou,' & submerger le navire percé. C'est ainsi,
sélon Polybe, qu'Attalus monté sur un vaisseau à huit rangs de rames, perça
un vaisseau ennemi dans la partie qui étoit dans l'eau , & le coula d'abord
à fond : voilà pourquoi, sélon le même, on tâchoit de tourner la proue du '
côté des ennemis, parce qu'on recevoir ainsi le coup audessus de l'eau ; au
lieu que quand on le recevoir dans l'eau, le mal éroitffaris remède ; c'est ce
que j'avoue que je ne comprens pas bien : car si l'éperon du navire quifrap-
poit, étoit ou dansl'eau ou à sseur d'eau ,il falloir' nêcessairement qu'il

LIBER IV-
Naves clajjicœ earumque appartins 0 ornementa,
Pugm navales. Portas.

CAPUT PRIMUM.
/. Inter navalia tormenta rosimm fronc frœ-
cipuum. 1I. Propuyiaada in navium oris.
III. Remisa tecii ce?npore $u<gite.
I. T"X E embolo seu de rostro navis supcriusabim-
l s de diximus, deque ejus forma di(Terminus.
Hsec étant prarcïpua naviumarma queis hostium na-
ves impetebam vulnerabantquc uc submergcrent,îdco-
que in ima prora juxra aqunitv, imo in ipsa pterumejue
aqua locabatur rostruir^quapropterVirgilius^ncid.y
-------------------totumque debiseit
Coiivittfitm remis rosirisijitestr'tdctmbus aquor.
E: Lucanus iib. j. v. 7©o.

Impulsim rojhii sonuit m.ve.
Nempe, inquit Scherferus png. nj. ut sie gravîuj
hostilcs naves vulncrarent, aqua succedeme per ri-
niam : quemadmodum ab Attalo f.idlum cst apud Po-
Jybium lib. is. cap. i. Attalm cum aiïcrc cotigrejsus
primo statim impetu cum exitiali isltt infr.t titra p-irtem 3
cjii<c exsiabar ex aqn-t , nàvàtt vuhierajsrt , tandem eam
damrsn. Et capite sequenri : Quoties asrome coneitr-
reb.vit, non id facïèbant sine arte^, cjn: saarm n'a-
•vium pror.ts hostibus commenter obvertentes 3 vitlntr*
stmpcr extra aqmim accipicb.mt, cum contra Insies sié
itcjnit sÀitciahtei, eos ipsis msigtrcn't iiliis, tjmbtts radium
adhiberi poterat remedmm. llludvcroroe non caperc
faccor ; naro si navis rostrum quod feriebat,aut in
aqua eut lotum 3 aut aquœ bïrebat, nccctfaiio eadcrst
 
Annotationen