Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 7.1886

Page: 14
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1886/0024
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
14

Essai

cription de la compagnie des Indes à 16 parasanges carrées plutôt qu'à 4000 Makhars-gagar.
Cette conclusion peut en outre être confirmée en considérant qu'autant il est vrai de dire que
toutes les mesures linéaires d'une même série dérivent les unes des autres, dans le système
sexagésimal, en les multipliant alternativement par 10 et par 6, autant il est nécessaire de
reconnaître que les mesures superficielles doivent dériver, à leur tour, les unes des autres, en
les multipliant alternativement par 100 (10 fois 10) et par .36 (6.fois 6).

C'est ainsi notamment que l'on trouve :

La perche carrée égale à.................. 100 pieds carrés

Le Màkhar carré égal à.................. 36 perches carrées

Le Stade carré égal à .................... 100 Makhars carrés

et l'Hexastade ou perche-gàgar carrée égal à........... 36 Stades carrés.

Et l'on voit que la parasange carrée égale à 25 Hexastades ne peut trouver aucune
place dans une pareille série.

Il ne reste donc maintenant à examiner que les 5 mesures rectangulaires admises par
M. Oppert et qui doivent être retranchées, si je ne me trompe, aussi bien et plus encore
que les autres, de la série assyrienne.

L'Acre et l'Aroure doivent d'abord en être éliminées sans conteste :

Parce qu'il est impossible de réunir dans une seule et même série deux mesures, aussi
rapprochées, l'une de l'autre, que l'Acre et l'Aroure, égale seulement à 1 Acre et 13/9S d'Acre,

Parce que des rectangles, ayant l'un 37 perches sur 24 et l'autre 49 sur 16, ne peuvent
pas être regardés sérieusement comme des unités métriques susceptibles d'entrer dans un sys-
tème aussi parfait et aussi régulier que le système sexagésimal assyrien,

Parce que, alors même que l'on voudrait admettre ces deux mesures dans ce système, il
serait nécessaire d'effectuer une série de calculs compliqués, toutes les fois que l'on voudrait
transformer, en Acres ou en Aroures, les Makhars et les Stades carrés qui résultent directe-
ment de la multiplication de deux longueurs exprimées en mesures linéaires assyriennes,

Et enfin parce que M. Oppert n'a établi lui-même la réalité de ces deux mesures qu'en
la déduisant, aux pages 51 et suivantes de son Etalon, d'une série de calculs compliqués
basés sur des éléments fautifs, puisque, en effet, il y considère la longueur du soubassement
du Palais de Khorsabad comme égale à 104 perches seulement et comme divisée en deux
parties de 46 et de 58 perches, quand il a été démontré avec évidence, dans la 2e partie
de ce mémoire (chap. 2, § 3) que la longueur totale de ce soubassement s'élève à 105 perches
et qu'elle est finalement divisée en deux parties de 45 et de 60 perches.

En dernier lieu, et pour ce qui concerne les trois autres mesures de M. Oppert qui sont :
Le Sar, rectangle de 36 Stades sur 6, le Grand-Arpent, 60e partie de ce Sar, et enfin la
mesure de 6 Makhars 60e partie du Grand-Arpent, je considère comme également impossible
de les admettre dans la série assyrienne :

D'abord parce qu'elles sont rectangulaires, et parce que les rectangles auxquels elles
correspondent ne sont pas semblables entre eux.

1) Cette mêsure est identique à celle que M. Lexokmant a nommée, dans son système, minute du
Makhar-gagar, et ce Makhar lui-même est identique au Grand-Arpent de M. Oppert.
loading ...