Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 7.1886

Page: 31
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1886/0041
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DES MOTS NOUVEAUX DANS LA LANGUE COPTE?

31

Il faut remarquer aussi que ivroq a la valeur'de tcXi^v, sed, verumtamen. Ex. : Àûïpps.vie
'w piJA.c irroq «HTit Mn. iteTiiujiipe. Luc. XXIII, 28. eis-eei cç_p&i catcooir çm. iieou-oeiuj ctj«.a\.^is-

k KToq Tettois- ita'i neicô.çoT5- THpoir. Zoega, p. 485. Le merupliitique ïï-&oq a la même signifi-
cation, quand même le texte grec ne porte pas oé ou tcXi^v. Voici un exemple, d'après les
manuscrits de Ttjki conservés au musée Borgia : att^ots- rèx-e iut6êiuoots-i thpot irre nipcj*.n-

XH*-i cÊoîV. n«oq 3en niTeÊnwoiri ivre \icnujHpi mtcicA AvneçAi .mot. Exod., IX, 6. Où WlLKlNS
met ^.e, de Lagarde écrit efioA. 2v.e tteoq Serc, etc. — e^iujô.nctoTeA\. kccor kooq '^■tieN.epcofXL.
Cod. Vat., vie d'IsaaC. .Mnppi.Mi e{pKeT&q.mot OTa^e Miieptieoiii epoq pijw.i ueoq ien oirpiM.1

ene^nhot)- efio\ Dte qit^T^c^oK. &n 3£.e. Jérémie, XXII, 10. Le texte grec ne met pas tiX^v.

owcoq signifie aussi fap, ewim. stenox t\oicre ujome çtùtoq eÊoîv. o_k nequj*.2te. Sagesse,
II; 20, dans Erman, p. 40. ^têic çjuaq hltjui&.t --xe. Fr. Eossi, Sermon. Theopli., p. 66.

Je dois dire en terminant que votre explication, Monsieur, peut se soutenir lorsque le
mot «Toq concorde avec ce qui précède ou ce qui suit; mais lorsqu'il n'y a aucune concor-
dance possible, comment pouvez-vous expliquer la présence de ce mot, ou d'autres semblables,
comme vous le faites?

J'arrête ici ces observations. Quelle conclusion puis-je en tirer? Tout d'abord vous con-
viendrez, Monsieur, que pour ce qui regarde le verbe passif, il y a beaucoup à ajouter à
ce qui se trouve dans Pbyrok ou dans les autres lexicographes. Les exemples que j'ai em-
pruntés aux plus anciens manuscrits et que j'ai cités en grand nombre le prouvent abon-
damment.

En second lieu vous avez pu voir, Monsieur, qu'il y a encore beaucoup à faire pour
expurger les dictionnaires déjà publiés ; ce qui d'ailleurs ne saurait étonner personne, puisque
m nombre des manuscrits consultés par des savants auxquels on ne saurait trop payer un
juste tribut d'admiration a été relativement restreint, et qu'il n'est pas surprenant qu'en lisant
•le nouveaux manuscrits on trouve des sens nouveaux.

Enfin vous avez dû vous persuader, Monsieur, en lisant ces quelques pages, qu'il y a
encore des mots nouveaux à trouver, puisque j'ai pu en citer un assez grand nombre dans
le seul dialecte thébain.

J'ai donc pu, vous en conviendrez maintenant, Monsieur, inviter avec raison les sa-
ints à publier les nombreux manuscrits qui sont encore à publier, afin d'enrichir le diction-
naire copte et de rendre ainsi un service signalé à ceux qui, dans l'avenir, voudront étudier
eette langue.

Recevez, Monsieur, etc.

A. Bsciai.
loading ...