Revue égyptologique — 12.1907

Page: 136
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1907/0146
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
136

Eugène Revillout.

^_ ,111111'! ~\ "j^. f) O EL <~J==-^ AAAAAA O AAAAAA A H J g\ <j> | «j>

A

(S aaaaaa

I 1 lû \\

AAAAAA • AAAAAA (O AAAAAA g ^ c i-~j MMM g) AAAAAA

-W_, AAAAAA 1 (' J ^ ^V^MAWi^ (?)... ^..^ <ÇZT> S-y^ AA^ ^^ ^ 0

AAAAAA AAAAAA *

w^^2LLi i ir-\n i i i Jjh^, I i i i i

(sic)

AAAAAA ra A f) AAAAAA
AAAAAA \\\ AAAAAA

i i i_a^<S i i i

AAAAAA -<a AAAAAA i

AAAAAA AAAAAA

An 12, 1er mois de èmu du roi Amasis. Dirent le choachyte Tuosor, fils de ï'at'ebol, fils de T'at'lior,
dont la mère est Nana et le choachyte T'iboku, fils de T'at'hor, dont la mère est Nana et le choachyte
T'eamenhotep, fils de Tuamenapi, dont la mère est Mer . . . ésé — sur leurs services liturgiques — d'une
seule bouche, aux enfants du choachyte Téos, fils de Paharemtot et au choachyte Xasu/num, fils de Téos,
dont la mère est Taxerut et au choachyte Djet, fils de Nesmont : Les services liturgiques que vous avez
reçus de notre main, le choachyte Tuosor, fils de T'at'ebol les avait reçus de Montnebuasnofréhotep en
l'an 12, le 3e mois de Per, jour 19e, par acte authentique, à savoir : Le lieu (la catacombe) qu'a apportée
T'énofré par transmission dans la main d'Anchhor, fils de T'at'ebol. Vous êtes pour ce choachyte. Voici
que personne d'entre nous ne peut partager le terrain que vous avez reçu de notre main. Il n'y a point à
donner de part sur lui depuis le jour ci-dessus. Il ne nous appartient pas de donner à frère, sœur, seigneur,
dame, homme quelconque du monde entier. Ils connaîtront — les hommes quelconques du monde — que
vous possédez cela depuis le jour ci-dessus à jamais.

Cet acte avait probablement pour but d'en finir avec des réclamations relatives à un acte antérieur.
Ce n'est pas une transmission, mais elle en cite une de la même année. En dehors de l'intervention supprimée
du prêtre d'Amon, on rencontre encore plusieurs des anciennes formules, comme dans l'acte de l'an 3.

Il n'en est pas de même dans les deux papyrus suivants, dont le premier n'est pas autre chose
qu'une vente non soldée d'avance, comme le sont depuis cette même époque, nous le verrons, toutes les
mancipations proprement dites.

Le voici :

oui un i

AAAAAA
W , AAAAAA \ I
AAAAAA

AAAAAA I C— —J —H— V AAAAAA U \_J- A sj»-U rT1 V> WZoWS. U

AAAAAA

AAAAAA

O i^i-DJ o *— 11 M—Q

aaaaaa 'fflfflff1
, aaaaaa 1 -,•)["[]

aaaaaa vyyZ/yyM
loading ...