Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dixieme): La Henriade: Poeme — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793692]

Page: 286
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd10/0294
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
286

VARIANTES

VARIANTES
DU CHANT DIXIEME.
(«) Ces momens dangereux, perdus dans la mollelTe.
Voici de quelle manière commence l’édition de 1723 s
Le temps vole, et sa perte est toujours dangereusej
En vain du grand Bourbon la main victorieuse
Fit dans les champs d’Ivry triompher sa vertu;
Négliger ses lauriers, c’est n’avoir point vaincu ;
Ces jours, ces doux momens perdus dans la mollelTe,
Rendaient aux ennemis l’audace et l’alégresse.
Déjà dans leur aille oubliant leurs malheurs,
Vaincus, chargés d’opprobre, ils parlaient en vainqueurs.
C’était après ces vers que M. de Voltaire plaçait les états
de Paris et le discours de dJAubray. Voyez les notes du
sixième chant dans l’édition de 1727; la marche du poème
est la même que dans les dernières éditions, mais les
détails du combat de Turenne ont été très-embellis depuis
l’édition de 1727.
( b ) Ils demandent l’assaut 5 mais l’auguste Louis
Au lieu de ce vers et des treize qui le {vivent, voici
ce que met l’édition de 1723 :
Mais d’un peuple barbare ennemi généreux,
Henri retint ses traits déjà tournés sur eux;
Il voulait les sauver de leur propre furie :
Haï de ses sujets, il aimait sa patrie ;
Armé pour les punir, prompt à les épargner,
Eux Jeuls “voulaient Je fer dre etc.
loading ...