Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Dixieme): La Henriade: Poeme — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen. Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90793692]

Page: 339
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd10/0347
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DES PEUPLES.

339

Cette comparaison du charme des fables qui
enveloppent des leçons utiles , avec une médecine
amère donnée à un enfant dans un vase bordé de
miel, ne serait pas soufferte dans un poème épique
français. Nous liions avec plaisir dans Àdontagne
qu’il faut emmieller la viande falubre à l'enfant. Mais
cette image , qui nous plaît dans son style familier ,
ne nous paraîtrait pas digne de la majesté de
l’épopée.
Voici un autre endroit universellement approuvé
et qui mérite de l’être. C’est dans le chant seizième
de la Jérusalem , lorsquMr/rzzde commence à soup-
çonner la fuite de son amant :
Volea gridar : dore s o crudel , me fola
Lafci ? ma. il varco al suon chïufe il dolore :
Si i che torno la ssebile parola
Più. amara indietro a rimbombar su’l core.
Ces quatre vers italiens sont très-touchans et
très - naturels ; mais si on les traduit exactement, ce
sera un galimatias en français. ,, Elle voulait crier ,
,, Cruel, pourquoi me laisses-tu seule ? mais la
,, douleur ferma le chemin à sa voix , et ces paroles
,, douloureuses reculèrent avec plus d’amertume ,
,, et retentirent sur son cœur. „
Apportons un autre exemple tiré d’un des plus
sublimes endroits du poème singulier de Milton ,
dont j’ai déjà parlé ; c’est au premier livre , dans
la description de Satan et des enfers.
- Round he throws his balesul eyes
That witnefs’d huge affliction and difmay ,
Y z
loading ...