Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

L' Exposition de Paris (1900) (Band 1) — Paris, 1900

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.1358#0097
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
N° 11.

L'EXPOSITION DE PARIS

81

LES TRAVAUX DE L'EXPOSITION

(1)

Les Chantiers des Champs-Elysées

Les travaux relatifs aux basses fondations ont été
suivis des travaux de construction proprement dits.
' Nous allons les examiner successivement pour le
Grand et pour le Petit Palais.

Le Grand Palais des Beaux-Arts, ayant pour objet
de remplacer l'ancien Palais de l'Industrie, a été
étudié en vue de servir aux mêmes fins.

Sa forme, en plan, rappelle celle d'une lettre II
à branches inégales : la plus petite branche étant
représentée par le corps de bâtiment en bordure
de l'avenue d'Antin, et la plus grande par le corps
de bâtiment principal en bordure de l'avenue Ni-
colas. Ce coms de bâtiment principal comprendra

pour servir d'écuries et de remises. On pourra
ainsi loger les chevaux et les attelages du concours
hippique dans ces locaux spacieux, disposés à cet
effet, d'où ils pourront accéder directement, et avec
la plus grande facilité, sur les pistes.

Ce bref exposé était indispensable pour que le
lecteur puisse se rendre compte des détails de la
construction.

Sous la direction générale de M. Girault, la
direction des travaux de construction du Grand
Palais a été confiée à M. Deglane pour la partie
antérieure, à M.Thomas pour la partie postérieure
et à M. Louvet pour la partie intermédiaire.

L'adjudication de ces divers lots a été faite, par
ordre de date (déterminé lui-même par le degré
d'avancement des basses fondations), aux entre-
preneurs suivants :

La partie postérieure à M. Pradeau ; la partie

occupé par l'amas des pierres de taille. Les opéra-
tions se font avec une extrême rapidité.

Le même appareil reprend les pierres, au fur et
à mesure des besoins, pour les amener devant la
scie circulaire diamantée, qui porte, sertis sur sa
tranche, 173 diamants, et qui les débite à la dimen-
sion voulue.

Pour le sciage des gros blocs, on emploie une scie
à mouvement alternatif.

Les transmissions qui actionnent les deux équi-
pages de scies sont mues par une machine demi-
fixe Weyher et Richemond, de 70 chevaux, instal-
lée dans un baraquement contigu à l'atelier de
sciage. Cette machine actionne également les
dynamos servant à la distribution de l'énergie aux
diverses installations mécaniques, et à l'éclai-
rage du chantier (S0 lampes à incandescence de
16 bougies, et 4 lampes à arc de 1000 bougies)

Petit Palais.

Grand Palais.

Les chantiers dès Champs-Elysées. — Vue prise des constructions des deux palais, vers la fin du mois d'avril i8g8.

la façade monumentale de l'édifice sur l'avenue
Nicolas et sera occupé par un grand hall vitré
destiné aux expositions de sculpture, au concours
hippique, etc. Un autre hall, perpendiculaire au
premier et débouchant en son milieu, occupera la
partie centrale de l'édifice, reliant les deux bran-
ches de la lettre H.

Le bâtiment en bordure de l'avenue d'Antin sera
occupé, au centre, par un grand salon-vestibule
conduisant à la nef centrale et, sur les côtés, par
des salles d'exposition. Des galeries d'exposition
régneront sur toute la longueur des façades exté-
rieures, sur le pourtour des deux grandes nefs.

Ces galeries et ces salles seront réparties en deux
étages principaux. Le rez-de-chaussée, établi sur
sous-sol, sera à un niveau un peu supérieur à
celui du sol des grandes nefs, pour que les prome-
noirs qu'il comporte puissent servir de tribunes, par
exemple pour le concours hippique. Il communi-
quera, par deux grandes rampes en pente douce,
avec la partie centrale des sous-sols, aménagée

(0 Voir page 76.

intermédiaire à M. Chapelle; la partie antérieure
à MM. Nanquette et Marland.

A peine les adjudications terminées, on a ins-
tallé, sur les divers lots, des chantiers qui réalisent
de véritables modèles du genre au point de vue
des forces mécaniques et électriques mises en
œuvre.

Ces chantiers, comme celui antérieurement con-
sacré aux basses fondations, sont reliés aux quais
et estacades de la Seine, par où ils évacuent leurs
déblais et reçoivent leurs matériaux le construc-
tion, au moyen de quatre voies ferrées passant
dans le tunnel établi au-dessous du Cours-la-
Reine. Trois lignes, à voies portatives de 50 centi-
mètres de large, desservent respectivement les trois
chantiers, tandis qu'une quatrième ligne, à voie
de 60 centimètres, amène les approvisionnements
généraux.

La manutention des gros blocs, à leur arrivée au
dépôt général devant le Grand Palais, est effectuée
au moyen d'un grand pont roulant électrique,
d'une puissance de 10 tonnes, circulant sur deux
rails distants de 12 mètres dont l'intervalle est

Exp. I.

La force est transmise électriquement : au pont
roulant dont nous avons parlé plus haut et qui
absorbe 14 chevaux, à deux malaxeurs à mortier
de 5 chevaux et demi chacun, et aux treuils éléva-
teurs disposés au pied des sapines.

Les deux entrepreneurs du chantier central et
du chantier postérieur utilisent, pour actionner
les treuils élévateurs installés dans les sapines, le
courant fourni par le secteur des Champs-Elysées.

Le chantier Nanquette et Marland, en façade sur
l'avenue Nicolas, dispose, pour le montage des ma-
tériaux de construction, en dehors des treuils élec-
triques des sapines, de trois grues roulantes à va-
peur desservant respectivement la façade princi-
pale, la partie droite et la partie gauche.

La grue de gauche, que représente notre dessin,
est à pivot et à volée courbe; elle circule sur une
voie de 2m,50 de large et peut élever les matériaux
jusqu'à 26 mètres de hauteur. La grue de droite,
disposée de même, porte un balancier mobile équi-
libré par des contrepoids.

La grue à vapeur de la façade principale se com-
pose d'un grand pylône métallique de 26 mètres de

11
 
Annotationen