L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 2,1.1899/​1900

Seite: 1
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1899_1900/0013
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile

K PAUL

REFLEXIONS
L'art décoratif renaît. C'est une vérité que
nous devons accepter et que proclament tous
les critiques autorisés. Ils ont patiemment
étudié et suivi ce mouvement de rénovation ;
ils en exposent, avec une assurance naïve, les
causes et les origines. Ils ont constaté que
l'impulsion est venue d'Angleterre et ils en
concluent qu'il était nécessaire qu'il en lût ainsi;
iis en ont pour preuves les conditions morales
de ce pays, l'existence familiale de ses habitants,
les qualités particulières de l'âme protestante.
Ils nous dévoilent les liens étroits et profonds
qui unissent à l'Angleterre la Belgique et
l'Allemagne; ils n'ont pas de peine à découvrir
pourquoi Bruxelles et Berlin accueillirent avec
tant de faveur cette nouvelle forme d'art, tandis
que Paris montrait moins d'enthousiasme: ils
aperçoivent, dans ce fait, la perpétuelle opposition
de l'âme protestante et de l'âme latine. Cette
argumentation historique, philosophique et sociale
doit suffire à convaincre les plus sceptiques :
l'art décoratif renaît.
Visitez d'ailleurs une exposition d'art, la plus
petite, la moins importante ; entrez à la Bodi-
nière ou rue Lafhte chez un protecteur des jeunes:
vous trouverez toujours des vitrines enfermant
de précieuses serrures, des baromètres ingénieux
ou des poteries défoncées. L'art décoratif renaît.
Avez-vous soif? Tentez de vous désaltérer
en une brasserie ; entrez sans peur et vous
sentirez aussitôt tomber sur vous le froid des
céramiques tandis que l'effort tourmenté des
lustres menacera votre tête.
Voulez-vous acheter une cravate? Cette
boutique vous offre le cadre rigide de ses lys
et vous pourrez vous mirer en ses glaces aux
courbes hardies.
L'art décoratif renaît.
*
Donc, plus d'imitatîon servile! Nous ne
subirons plus les mauvaises copies des buffets

Henry II, des commodes Louis XVI et des
canapés du premier Empire. Nos artistes se
sont libérés de l'influence des morts. Ils ont
décidé qu'ils seront personnels et qu'ils feront
des œuvres qui répondent aux besoins de leurs
contemperains. Un nouveau style va naître ;
tout le monde nous le promet ; il est encore
â l'état d'enfance et difficile à définir; c'est
pourquoi il a aussitôt reçu un nom : il s'intitule
le «wo&fw Cette appellation n'évoque
encore â notre esprit que des essais, des ébauches,
l'ombre de ce qui sera demain. Elle donne
l'illusion d'une réalité.
Voici quelques années seulement que ces
tâtonnements ont commencé et nous devons
faire un long crédit à tous ces hommes qui
s'efforcent de créer, examiner leurs tentatives
avec bienveillance, ne pas douter surtout de
leur sincérité. Mais une remarque s'impose ;
c'est que ce style qui n'est pas encore est déjà
devenu banal et poncif. Tous ces esprits, sou-
cieux avant tout d'originalité et qui s'in-
dignaient à l'idée de reproduire les œuvres
des ancêtres, ont entre eux une rare parenté:
les essais décoratifs de X rappellent d'une façon
criante ceux de Y et un phénomène curieux
se produit : l'on comprend bien que les deux
artistes se sont inspirés de l'art japonais, mais
il est impossible de savoir lequel a plagié l'autre,
tant leurs créations attestent d'impersonnalité.
Ce sont toujours les mêmes courbes factices
destinées uniquement à arrondir des angles,
les sinuosités molles, les ellipses incertaines ;
le 4modem styles semble caractérisé jusqu'à
présent par l'inconsistance des lignes ; je sais
un amateur qui affirme que c'est le style des
Il y a là quelque exagération ; toutes les
boutades sont un peu injustes. Du moins cet
excellent homme marquait bien ainsi ce qu'il
y a de flottant, de vague, de visqueux dans
notre nouvel art décoratif. Il serait intéressant
de comprendre pourquoi ces essais ne portent

L'ART DÉCORATIF. No. 13.

1

1
loading ...