L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 3,1.1900/​1901

Seite: 208
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/art_decoratif1900_1901/0240
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
L'ART DECORATIF


S. D. PAOLETTI
(M. L. Hirtz, exécutant) ni dans ceües de la
maison Debain, dont presque toutes les œuvres
marquées au sceau du goût le plus moderne
sont aussi bien des objets d'art que des objets
d'usage. Préoccupation qui a sa valeur et que
l'on retrouve fort bien élucidée dans un certain
nombre de pièces de M. Dufrène. Il est certain
aussi que le jour où de Feure, que je considère
comme un des hommes les plus privilégiés et
les mieux doués qui soient dans tout l'ordre de
l'application décorative, nous donnera la suite
des très délicats services à lunch dont nous
reproduisons les pièces, ce jour-là nous possé-
derons une orfèvrerie qui n'aura rien à envier
à celle des plus illustres prédécesseurs.


S. D. PAOLETTI FEMME AUX TOURNESOLS

.PHALÈNES «
Si l'on est forcé de s'en tenir à de trop rares
exemples, c'est non parce qu'ils manquent, mais
bien parce que la redite serait trop fréquente, et
s'appuyant sur les mêmes motifs. L'orfèvrerie
étrangère peut également se ramener à quelques
types dont la plupart ont une valeur non seule-
ment ethnique, mais bien de beauté réelle. Et si
les pièces de Tiffany sont d'une somptuosité et
d'un éclat fabuleux, bien faites pour étonner les
milliardaires transatlantiques, on retrouve plus
affinée la pensée directrice dans les orfèvreries
de la Gy- bien que les cafetières
Salomé de l'orfèvre new-yorkais soit mieux
qu'une réminiscence de l'art musulman. Les
orfèvreries de Brückmann, bien établies et por-
tant en elles leur certificat d'origine, ont eu un
succès retentissant. Il leur était bien dû, car elles
ont le réel mérite d'être aussi modernes que
traditionnelles.
Remarque qui peut être également faite sur
les pièces établies sous la magistrale direction
du professeur Novak par l'École des Arts Déco-
ratifs de Prague, où la variété des ornements
floraux a été amenée à sa plus complète expres-
sion orfévrée tant par le mouvement même que
par l'exécution fort habilement menée à bien.
On a réellement la sensation de ce que peut
donner la plante sous une impulsion vraiment
consciente de l'ornementation et de son rapport
avec un métal déterminé. Voilà pourquoi les
pièces de M. Bindesbœll (admirablement exé-
cutées par l'orfèvre de la Cour de Copenhague,
M. A. Michelsen) bien qu'étant d'un tout autre
sentiment et d'une vision différente peuvent
s'imposer: elles participent de la même logique

208
loading ...