Instytut Historii Sztuki <Posen> [Editor]
Artium Quaestiones — 10.2000

Page: 23
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artium_quaestiones2000/0025
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ÉGLISE DES DOMINICAINS DE COLMAÜ COMME L’IMAGE DE L’HOMME ET DE LA SOCIÉTÉ

23

études monacales se déroulaient au sein de l’université28. Ainsi, la cité
médiévale a incorporé a qui appartenait au domaine spirituel sans ap-
partenez à l’univers monacal.

Le caractère spirituel des ordres mendiants, surtout des franciscains,
prend un sens particulie dans le contexte des prophéties de Joachim del
Fiore où selon sa vision de l’histoire le pouvoir passera dans son ultime
période, celle du Royaume du Saint Esprit, aux mains des moines agis-
sant selon les consignes de l’Evangile éternelle. Les hommes pourront se
consacrer à la vie contemplative, car la nécéssité de travailler disparaîtra
et par conséquent la notion de propriété. Ce changement sera incarné
par un nouvel ordre qui renonce aux biens et respecte le principe évangé-
lique de pauvreté. Il est clair que les visions de Joachim del Fiore avaient
trouvé un vif accueil parmi les franciscains. Dans les opinions de béguins
la vision de la Nouvelle Eglise ecclesiae spiritualis était opposée à l’Eglise
Romaine désignée comme ecclesia carnalis29.

2S J. Kïoczowski, Wspôlnoty chrzescijanskie. Grupy zycia wspôlnego w chrzescijan-
stwie zachodnim od starozytnosci do XV wieku, Krakôw 1964, s. 333 nn.

29 T. Manteuffel, op. cit., p. 118s.
loading ...