Ballu, Albert
Les ruines de Timgad (antique Thamugadi) (Band 1) — Paris, 1897

Seite: 209
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ballu1897bd1/0250
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
CHAPITRE VIII

MACELLUM

En descendant du Temple de Jupiter par la voie du Capi-
tole, on laisse à gauche deux bassins établis en contre-bas du
mur qui porte les colonnes des propylées. Le premier est
double (0 m. 90 de largeur sur 4 m. 80 de long) ; il est presque
intact et encore muni de ses conduites d'eau, de ses décharges,
de son trop plein, ainsi que des emplacements circulaires
réservés aux urnes et creusés dans la pierre. De l'autre bas-
sin voisin, appuyé sur un mur formant éperon, il ne reste
que la trace sur le sol. (Il avait S m. 26 de long sur 2 m. 70
de largeur.)

Là, la voie Capilolinc s'élargissait et se transformait en une
large place dont le dallage a été en partie enlevé à l'époque
byzantine. En descendant la voie nous côtoyons (Pl. XXXI)
l'un des monuments les plus curieux de Timgad, le Macellum,
et nous parvenons à la grande voie, à l'ouest de l'Arc de
Trajan.

Le marché de Thamugadi est séparé du Decumanus Maxi-
mus par une place ayant la forme d'un trapèze irrégulicr dont
la largeur est de 24 mètres et la profondeur moyenne de
14 mètres (Pl. XXXII). Un portique bas ', chalcidicum, pavé
de belles dalles et soutenu par six colonnes 2 et par deux

1. Ainsi désigné parce que cette sorte de portique était spécialement
employé à Chalcis (Test US, S. V.).

2. Dont le diamètre était de 0 ni. 4ii.

11
loading ...