Bourgery, Jean Baptiste Marc; Jacob, Nicolas Henri [Editor]
Traité complet de l'anatomie de l'homme: comprenant la médicine opératoire (Band 8, Text): Embryogénie, anatomie philosophique et anatomie microscopique: Oeufs, développement du foetus, ensemble du système nerveux dans le règne animal, structure intime des tissus généraux, des appareils et des organes — Paris, 1854

Page: 316
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/bourgery1854bd8_1/0330
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
51 G ANATOMIE MICROSCOPIQUE DES APPAREILS.

verse, dans le point le plus large est de une ligne à une ligne et
demie et qui se termine par des sommets pointus, en haut et
en bas. C'est à la partie postérieure de ce noyau que prend
naissance la racine postérieure constante du trijumeau.

(b b) Nojau du nerf abducteur. Très près, au devant du fond
du quatrième ventricule, et derrière les derniers faisceaux des
cordons blancs antérieurs de la moelle épinière, environ à une
ligne à une ligne et demie au-dessus des fibres transverses qui
gagnent la racine du nerf acoustique , se trouve une masse
presque globuleuse de corps nerveux de la plus grande dimen-
sion; dont le diamètre est d'une ligne à une ligne et demie, et
qui est recouverte par une couche très mince de fibres entrela.
cées. Elle n'est séparée de l'extrémité postérieure du raphé, que
par la racine constante du trijumeau. Elle se distingue au moyen
d'une protubérance des éminences rondes. Toutes, ou au moins
la plupart des fibres du trajet central du nerf abducteur, naissent
de la face latérale interne de cette masse.

(ce) Noyau du nerffacial. Une grande partie des fibres du
trajet central du nerf facial naissent de la face latérale externe
de ce même noyau, qui a reçu, pour cette raison, le nom de
noyau commun du facial et de Vabducteur.

(d d) Noyau supérieur du nerf trijumeau. Avant la partie su-
périeure du locus eœruleus, à une ligne environ en avant du
fond du quatrième ventricule, se trouve une masse presque
ronde, de une ligne à une ligne et demie de diamètre, formée
de corpuscules nerveux de la plus grande dimension.

Les fibres du trajet central de la grosse portion, et celle de
la petite portion tout entière, naissent de la face antérieure et
supérieure de ce noyau.

(e e) Noyau de la portion inférieure du trajet central du pa-
thétique ou noyau inférieur du pathétique. Des fibres qui ap-
partiennent à la portion inférieure centrale du nerf pathétique
naissent de la face supérieure du noyau du trijumeau dont nous
venons de parler. Il serait à propos d'appeler ce noyau : noyau
commun du trijumeau et du pathétique, car il n'y a pas plus
de limite entre les parties qui appartiennent à l'un et l'autre
nerf, qu'il n'y en a dans le noyau commun de l'abducteur et
du facial.

(ff) Noyau du nerf pathétique, ou plutôt noyau supérieur du
nerf pathétique. Il se trouve devant le tiers supérieur des corps
quadrijumeaux postérieurs, très près derrière les derniers fais-
ceaux des prolongemens des cordons blancs antérieurs de la
moelle épinière, un peu en avant de l'aqueduc de Sylvius. Il se
présente comme une masse presque globuleuse, dont le dia-
mètre est d'une demie à trois quarts de ligne. De sa face infé-
rieure et postérieure naissent des fibres qui appartiennent à la
portion supérieure du trajet central du nerf pathétique.

(g g) Noyau du nerf oculo-moteur. (Ce noyau et le précédent
ne dépendent pas à proprement parler de la protubérance, mais
ils ont avec elle des connexions intimes). Immédiatement au-
dessus du noyau supérieur du nerf pathétique, et derrière les
derniers faisceaux des prolongemens des cordons antérieurs de
la moelle épinière, et avant l'aqueduc de Sylvius, se trouve le
noyau du nerf oculo-moteur, masse fusiforme de corpuscules

nerveux de la plus grande dimension. Le noyau de droite s'unit
par sa face interne avec celui de gauche, de façon à constituer
une masse unique. Les extrémités inférieures de ces noyaux vont
en divergeant. La plus grande dimension de bas en haut est de
deux lignes et demie à trois lignes et demie, leurs diamètres laté-
raux et antéro-postérieurs sont de une ligne et demie à deux
lignes. Les fibres du trajet central du nerf oculo-moteur naissent
de leur face antérieure.

a" Corpuscules nerveux de dimensions moyennes et petites.
Ils accompagnent les précédons presque partout. En outre, ils
forment comme une enveloppe aux fibres blanches, comme
une matière de remplissage entre les intervalles que laissent
entre eux les fibres et les faisceaux de fibres. Le plus souvent
ils ne constituent que des masses assez petites dans la protu-
bérance, mais ils sont en bien plus grande quantité derrière des
fibres blanches, dans les pédoncules cérébraux.

3° Substance gélatineuse. Elle se rencontre dans les couches
profondes, limitrophes de la protubérance, au côté interne de
la portion postérieure des cordons blancs postérieurs de la
moelle. A cause de cette situation, elle s'élève dans la protu-
bérance comme une masse cohérente, jusque auprès du lieu de
passage de la portion des fibres dont nous venons de parler, dans
la grosse racine du trijumeau. Au-dessus de ce point, la substance
gélatineuse se dirige de plus en plus vers la partie supérieure, et
se trouve en partie, au côté interne du ruban, en partie, au
côté externe et interne des prolongemens du cervelet aux corps
quadrijumeaux, immédiatement au-dessous des corps quadriju-
meaux postérieurs, elle est placée de nouveau au côté externe
des dits processus, au côté interne du ruban. Cette matière gé-
latineuse ne se rencontre pas en même quantité dans toutes les
couches de la protubérance. La plus grande accumulation est
au-dessous du noyau supérieur du nerf trijumeau.

VI. Substance noire. A proprement parler, il n'y a dans le pont
que la substance ferrugineuse du locus eœruleus, et celle qui se
trouve au-dessus de ce point. Cette masse forme dans l'une et
l'autre moitié latérale de la protubérance, une strie légèrement
arquée, large d'environ trois quarts de ligne, longue de sept à
neuf lignes, qui s'étend depuis le locus eœruleus jusque devant le
milieu des corps quadrijumeaux postérieurs. Elle accompagne
exclusivement le trajet central du nerf pathétique, auquel elle
forme une espèce d'enveloppe, et lui adhère fortemeht. Une
portion de cette substance qui appartient à la partie supérieure
du trajet du nerf pathétique (derrière le noyau de ce nerf), ren-
ferme des corpuscules nerveux, dont les noyaux sont moins
opaques que ceux du locus eœruleus. La substance noire des
pédoncules du cerveau n'appartient pas proprement au pont de
Varole. Je ne pourrais décider maintenant, quoique cela soit
assez vraisemblable, si cette matière noire a les mêmes rap-
ports avec le trajet central du nerf oculo-moteur, que celle du
locus eœruleus par le nerf pathétique.

{Voir les Planches 33, 34, 35, 36, 37 et 38 du VIIIe volume.)

FIN DU HUITIÈME

ET DERNIER VOLUME.
loading ...