Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
S4 VOYAGE PITTORESQUE

Longus dit la même chofe : « Mytilène eft une belle & grande Ville
» de l'île de Lesbos. Elle eft coupée par des euripes (i) où coule la mer,
» & ornée de beaux ponts de marbre poli. Vous la prendriez plutôt pour
i> une île , que pour une Ville ».

La petite île eft actuellement occupée par une forterefle turque. Le dé-
troit qui la féparoit de Lesbos a été comblé , & les deux Ports, qui com-
muniquoient "autrefois par cet euripe , font aujourd'hui féparés. Je débar-
quai dans le Port méridional, où les petits bateaux peuvent feuls entrer.
Le Port feptentrional eft plus vafte, plus profond, & j'y trouvai plufieurs
galères du Grand Seigneur. Le môle, dont parle Strabon , exifte encore.
Il eft terminé par un fanal.

La ville de Mételin eft élevée fur les ruines de l'ancienne Mytilène. La
magnificence & la multiplicité des débris que l'on y rencontre à chaque
pas, s'accordent parfaitement avec ce qu'en rapportent Strabon, Vitruve
& Ciccron (2).

Le Port de Mételin rappelle un des grands événemens de la guerre du
Péloponnèfe, & l'on ne peut pas voir , fans intérêt, le théâtre d'un combat
qui décida, au moins pour le moment, de la fupériorité des Athéniens fur
les Lacédémoniens (3). Callicratidas , qui commandoit ces derniers, après
avoir pris Delphinium dans l'île de Chio, Téos en Ionie, & Méihymne fituée
au nord de Lesbos, s'avança avec toute fa flotte pour attaquer Mytilène,
tandis que les troupes pefamment armées , alloient par terre inveftir cette
place. Conon, parti trop tard pour fecourir Méthymne , rencontra la flotte
vi&orieufe près des WzsHécatonnéfi(^.Malgré tous les moyens qu'il employa
pour l'attaquer avec avantage , il perdit trente vaifieaux dans un premier
combat. Il fut forcé de fe retirer dans le port de Mytilène, où il fit la
réfiftance la plus opiniâtre. Après avoir perdu la plus grande partie de fes





(1) Voyez h fupe.be é.
d'irre donnée àPam.&q,
M.D«iiloilbn,« Savant,

pluriel, c.
Ce mot,,
l'EuW* di



Naumachies , & inîmc- dans les Miiibiu des particuliers.
/£lws Lampridius ilii en parlant tflMliogabale , ( p. 851.
Lugd. Batav. 1671. i"-&°.)firiw m aaifis yiao plcais na-

(î) Diod. Lib. XIII. Ce combat fc donna la ij* année
de cette guerre, qui répond à la féconde année de la 9)'
Oku-j.: »le , Tan 407. av. J. C.

(4) Ainfi appelles du fumom d'Apollon Skaat, Ltast
 
Annotationen