Hittorff, Jacques Ignace [Editor]
Les Antiquités inédites de l'Attique: contenant les restes d'architecture d'Éleusis, de Rhamnus, de Sunium et de Thoricus — Paris, 1832

Page: 45
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/hittorff1832/0089
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHAPITRE VI.

TEMPLE DE NÉMÉSIS.

JAhamnus, un des bourgs de l'Attique, est à soixante stades de Marathon, en suivant la
route qui conduit à Orope, le long de la côte. Les maisons des habitants étaient situées sur
le bord de la mer, et, un peu au-dessus de la ville, s'élevait le hiéron, ou enceinte sacrée
de Némésis(".

A la distance de sept milles de l'embouchure de la rivière de Marathon , dans la direction
nord-est, en longeant la côte occidentale du canal d'Eubée, le mont Pentélique, dont le
revers se termine à pic du côté de la mer , forme, entre sa base et le rivage, une plaine demi-
circulaire. Au milieu de cette plaine, sur un rocher isolé et escarpé au nord et à l'ouest,
était construite l'ancienne citadelle de Rhamnus ; on y montait par une pente douce du côté
du sud-est. Autour du pied du rocher et de l'abord de cette pente, la situation de la ville
se distingue encore par les ruines des habitations.

Dans les endroits où la citadelle était accessible, elle était protégée par des murs en
marbre blanc qui subsistent dans une grande étendue, avec les tours et les portes d'entrée.
Dans leur enceinte, il y a beaucoup de fondations d'édifices et plusieurs puits taillés
dans le roc, dont un a encore soixante pieds de profondeur. Le nom moderne de la citadelle
est Ovrio, ou Stauro Castro.

Le chemin direct de Marathon passe par le village de Souli, situé au pied de la montagne
qui forme la limite nord-est de la plaine. Au milieu de la distance entre les deux villages, la
plaine est interrompue par un marais, que l'on croit être celui dans lequel périrent les Perses ,
lorsqu'après avoir été mis en déroute après la mémorable bataille de Marathon, ils essayèrent
d'échapper parla fuite. Une profonde vallée, qui descend rapidement vers la mer, offre, à
trois milles et demi à-peu-près au-delà du village, le seul accès de Rhamnus. A l'entrée de
ce ravin , et à environ trois cents pieds au-dessus du niveau de la mer, était située l'enceinte
sacrée de Némésis, dans laquelle furent trouvés les restes remarquables de deux temples.

Une terrasse d'une étendue de cent cinquante pieds, qui subsiste encore, formait une
partie de cette enceinte sacrée du côté de la mer ; les murs qui la soutiennent sont en
marbre blanc ; les blocs disjiosés par assises horizontales n'étaient pas réunis par des joints
verticaux. Tout le territoire de Rhamnus est abandonné depuis long-temps.

Le hiéron de Némésis renfermait deux temples. Le plus grand était un exastyle périptère ,
et le plus petit un temple in antis^. Quoique, pour le distinguer, nous ayons appelé ce der-
nier temple de Thémis, nous n'avons aucune autorité pour cette dénomination. L'un des

m

(i) Pans.., liv. Ij ch. xxxiir.

(2) Voyez chap. v, pag. 3t), la note (3).
loading ...