Hittorff, Jacques Ignace [Editor]
Les Antiquités inédites de l'Attique: contenant les restes d'architecture d'Éleusis, de Rhamnus, de Sunium et de Thoricus — Paris, 1832

Page: 61
Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/hittorff1832/0126
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
tmxi

CHAPITRE IX.

THORICUS.

1 horicus, l'un des bourgs de l'Attique, était situé dans une plaine sur la côte de l'est, à
environ huit milles vers le nord du cap Sunium. Cette plaine est entourée sur trois côtés par
une chaîne de montagnes qui enveloppe la baie tout à l'entour. Du côté de l'orient, elle
est ouverte vers le port maintenant appelé Porto-Mandri.

Thoricus tirait son importance du voisinage des mines d'argent de Laurium... Ces mines se
trouvaient dans une chaîne de montagnes qui s'étendait du port de Prasi», dans une direction
à-peu-près nord et sud, vers la côte du sud. Ce port, appelé aujourd'hui Raphti, est situé
sur la côte de l'est, et il est éloigné de dix milles de Thoricus, dans la direction du nord.
Les extrémités de cette chaîne portent aujourd'hui les noms de Mauron-Orès et Lauron-Orès ;
l'un et l'autre sont des corruptions de Aaùpiov ô'poç. Cette étendue de pays était couverte de
cendres et de scories. Thoricus fut fortifié pendant la vingt-sixième année de la guerre
du Péloponèse , et on y mit une garnison pour la protection des mines, comme aussi dans
Anaphlystus, situé sur la côte du sud, et dans Besa, qui se trouvait entre ces deux places.

Un peu au-delà d'un monticule de forme conique, où s'élevait probablement l'ancienne
citadelle, sont les restes d'une construction isolée, à moitié enfouis sous les terres apportées
par les torrents des montagnes voisines et recouverts par des buissons de mastiques qui
s'étendent sur toute cette localité.

A l'aide d'un certain nombre de laboureurs qu'on se procura au village de Karatia, éloigné
d'à-peu-près huit milles vers le nord-est de Thoricus, on enleva les broussailles, et l'on
déblaya le sol à une profondeur de cincj à six pieds ; de cette manière on découvrit la partie
inférieure d'un portique dorique, ayant quatorze colonnes sur les grandes faces et sept
colonnes sur les retours.

L'espacement du milieu des grandes faces était plus large que les autres , selon l'usage des
Grecs, quand l'édifice exigeait une entrée spacieuse, tandis que, dans le retour, les entre-colon-
nements durent être égaux, à l'exception de ceux des angles , qui sont toujours plus étroits.

La circonstance qu'aucun vestige de mur n'a pu être découvert sur le sol de l'intérieur,
réunie à la largeur inusitée de l'entre-colonnement du milieu dans un des longs côtés, semble
prouver que cet édifice n'était pas un temple, mais un portique ouvert'0; des chapiteaux

(i) Deux archéologues allemands pensent néanmoins milieu , qui aurait obstrué l'entrée du pronaos; l'autre ,
que les ruines de Thoricus proviennent d'un temple : M. Hïrt ( Die bkst. beiden alten, t. II, p. 3i ), admet
l'un, M. K. O. Muller ( Allg. Encycl. v, Ersch und que les entrées principales étaient sur les longs côtés,
Gruber, p. 221 ), veut que la façade principale se soit eu égard à la plus grande largeur de l'entre-colonne-
trouvée sur un des petits cotés, sans égard à la colonne du ment du milieu. Suivant cette idée, il en fait un temple

16

tï*.

m

gW»"i~ "■:,-"
loading ...