Mauclerc, Julien; Daret, Pierre [Editor]
Traitté De L'Architectvre Svivant Vitrvve: Ou Il Est Traitté Des Cinq Ordres De Colomnes ... — Paris, 1648 [Cicognara, 563-1]

Page: 2v
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/mauclerc1648/0011
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ta miniers
Je saire les
sinales ou ta-
nolures cotté
V

te,mais toutes les autres parties saillentenquamire. Mais si vous voulez stries ou canaîer la colonne ’ vous ferez vingt-quatre
stries ou gueulles cottces v. 5c vous les cauerez en la maniéré que vous voyez en l’Ignographie ou plate-forme e liant sur le arâd
chapiteau enrichy, accompagné de sa baze signée gg. Et comme il appert aulsi au tronc de la colonne en ladite cotte v. C’est
que de l’vn collé à l’autre de l’espace des stries ou gueulles, sera tirée vne ligne droite, ]

A ^ y laquelle sera le collé d’vn quadrat:Scledit
quadrat ou quarré accomply, on alliera au centre d’iceluy, cotté i. le pied centnque du compas: Sc auec l’autre pointe l’on tou-
chera l’vn & l’autre anglet cotté 2. 5c 3. & circuilsant l’onfera sa iuste caueure : laquelle fera la quatriesme partie d’vn cercle:
comme il est demonstré en la susdite ignographie ou plate-forme pour les striates qui se fontà viueareste. Mais les gueulles ou
stries des colomnes qui sont accompagnées d’vne platte bande ou filet, appelle de Vitruue strix sur la fin du troisième chapitre
de Ion quatriesme liure,sera ladite stne diuisee en cinq parties, dont les quatre seront données à ladite gueule ou strie:Et la dn-
quiesme reliât au filet ou platte bande, suiuant ce qui sera plus à plein déclaré au traitté de l’ordre Ionique, enl’ignographie du
grand chapiteau enrichy, cotté n. Sc son ignographie cotté s.Mais si quelquefois l’on vouloir faire vne colonne délicate sembler
estre groste ÔC materielle,il conuiendra faire vingt-huit stries ou gueulles.
La dimension faite comme il est dit cy-delsus, la colomne aura sa vraye symmetrie Zs proportion,comme il appert en la figure
d’icelîe cy-apres dépeinte.
Et pour rendre la pratique Sc vsage des membres de ladite colonne cy-delsus particuliarisez, plus faciles au lecteur ôc artisan,
curieux à bien ejcaétement obseruer les mesures Sc proportions qui si doiuent garder ; Il trouuera cy-apres en grand volume vn
piedestal cotté au milieu de son malsifde la lettre Y.Etenl’autrepart du fueillet, au collé dextre dudit piedellal, vne bazeSc
chapiteau en grand volume, de proportion conuenable à la grandeur dudit piedestal, ligné de z.Par destus lequel chapiteau est
la moitié de l’ignographie ou plan d’iceluy : de laquelle l’artil'an pourra tirer autant de commodité, que si elle estoit entière : Ce
qui ne s’ell peu trouuer à l’occasion de l’incapacité de la planche, sur laquelle sont grauez lesdits baze ôc chapiteau. Plus s’en-
suiura aux autres deux pages suiuantes deux diuers architrabes, frisc Sc corniches, aitlïi en grand volume, garnies de leurs enri-
chilsemens requis, sélon l’antiquité de l’ordre Dorique, dont l’vn desquels pourtfaits contenant l’architrabe fnfe Sc corniche a
la main dextre sera cotté en sadite fnse Sc au milieu d’icelle de deux aa. où l’on verra desseigné en petit tout l’ornement de la-
dite fnle,&: l’autre estant vis à vis au collé (enestre de deux b b. où l’on verra pareillement desseigné en petit les soubasssements
desdites corniches qui pour l’incapacité de la planche n’y ont pu estre en leur iuste proportion,ceux qui s’en voudront seruir les
réduiront comme il est conuenable.
Antiquité de la Colonne Dorique deuxiefme en ordre.
QYand à l’origine & antiquité de cette colonne Dorique Sc des premiers édifices qui en ont esté ornez, ilm’asemblébon
d’en faire mention en ce chapitre, pour releuer le curieux ledeur de peine de lire plusieurs excellens autheurs qui en ont
eicnt: Entr’autres le tres-excellent Vitruue, au premier chapitre de son quatrième liure.Là où il escrit que ladite colonne Do-
rique, est la première Sc plus ancienne que nulle des autres : laquelle fut premièrement inuentee d’vn Prince nommé Dorus,
Seigneur d’Achaie Sc Peloponense en Grece. Car ledit Dorus édifia premièrement par cas fortuit,vn temple de celle forme en
la Cité d’Argos, Sc en apres autres tels en plusieurs autres villes dudit pays ( n’estant encore lors trouuee la symmetrie, propor-
tion Sc compartition des mesures. ) Mais par apres ceux d’Athènes auec leurCapitaine Ion, Fils de Xunthus, faisant guerre en
Asie, conquesterent le pays de Carie, ôc le nommèrent Ionie, suiuant le nom dudit Ion : Sc ayant commencé à bastir Temples
à leurs Dieux; ils edifierent le premier à Apollon,a lasimilitude Sc façon de ceux qu’ils auoient veus en Achaie. Et cedit Temple
d’Apollon fut par eux nommé Dorique,à cause qu’ils en auoient veu vn tel au pays de Dorie .Mais ainsi qu’ils vouloient en cedit
Temple poser Sc dresserles colonnes, ils ne trouuerent aucune proportion,mesure,ny symmetrie certainerSc cherchans moyen
d’en faire, lesquelles peusisent porter grand charge, Sc neantmoins estre plaisant à voir ; il prindrent la dimension sur le pied de
1 homitve, i ’i 1 c tc«111 wnr eilrp h sixiéme partie d’iceluymu’ils transporterent Sc aproprierent à ladite colonne : de sorte que la
mesure du tronc d’icelle lut par eux eleuee, deux rois ieoiau>n..vv»i. uuuvuiu.ucpai wuuü; en y comprenant icncnapueau.
Par ainsi prit la colone dorique premièrement sa proportion Sc mesure,sélon la grosseurSc/robuste stature d’vn homme : Déco-
rant les édifices ôc struétures d’vne façon agréable à voir, & ferme Sc robuste;à laquelle depuis pour plus grande gayeté,luy à esté
adiousté vn diamètre d’auantage par les modernes, qui sont sept diamètres ; laissant les six pour la hauteur de la Toscane, la plus
grosse Sc robuste de toutes les colonnes.
'Mumisfe- ° Mais pour plus ample intelligence aux artisans de bonne volonté, corne cy-deuant dit;ils trouuerontaux collez d’icelles,c est
mentnotabie ' sçauojr de cclles qUi sont dcsnuces de chiffres ôc caraéteres deux lignes perpendiculaires l’vne desquellcs estantau collé dextre
Tiüsanfayât de cestedite Dorique cotteepar deux cc. Sc deux dd. en ses extremitez, ôc celle du collé senestrede deux ee. ôc deux ff. cha-
seuiement la cune diuisee en quinze parties égalés, supposees,chacune d’icelles parties pour vn pied, & chacun desdits pieds diuisezen douze
^Z^leu petits points, pour demonstrer les douze pouces, que doit contenir le pied de roy : l’vn desquels pouces pourra estre diuisé en
regU&cm- douze autres parties pour par ce moyen pouuoir plus exaélement trouuer les proportions & mesures desdites colonnes : Par le
moyen desquels pieds Sc pouces, contenus esdites deux lignes perpendiculaire, ôc paralelles, posant vne réglé sur lesdites deux
lignés trauersante de chacun des chiffres contenus en l'vneôc l’autre desdites perpendiculaires, commençantpar embas aupie-
destal à neuf pouces pardessùs les trois pieds marquez esdites deux lignes perpediculaires des chiffres i.z. 3. Qui est l’entiere hau-
teur dudit piedestal,y compris ses eimaties hautes 5c basses,à quinze pieds de hauteurdadite colonne coprenant tous ses mêbres,
c’elt àsçauoir, le piedestal, baze,tronc de la colonne,chapiteau,architrabe,Frise Sc corniche:Ce que continuant ledit artisan en
montant vers le sommet & corniche de ladite colonne, trouuera les mesures de tous les membres particuliers en ladite colonne,
comme aussï en toutes autres hauteurs de colonnes proposees,sans changer de portraiét,changeat seulement d’autres lignes per-
pendiculaires comme si au lieu de quinze pieds,qu’auons supposez pour excple,lesdites lignes perpendiculaires:estoient diuisees
par 2 o .parties, lignifiant vingt pieds, & chacun pied en douze pouces,côme il est dit cy-dessùs. Et consequemment ainsi de tou-
tes autres_hauteurs,qui seront proposées ausdits artisans,qui n’auroient la connoissance des lettres :ains seulement la pratique de
la réglé & côpas ; pourront par ce moyen s’ayder desdits portraits de colonnes,5c s’en seruir à toutes telles hauteurs que bon leur
semblera, sans altérer ne corrompre les mesures 5c proportions d’icelles : chose de grand profit 5C vtilité aux pauures simples ar-
tilàns, qui n’ont esté nourris aux lettres. Ce que i’ay bien voulu adjouster à la fin de ce chapitre de cette colonne Dorique, sui-
uant la promesse par moy faite au premier Chapitre de l’ordre Toscane : pour l’vtilitc que ie connois qu’en peuuent tirer les sim-
ples artisans, au plaisir Sc contentement de ceux qui les mettront en besongne. le me suis auisé pour l’vtilité Sc soulagement des-
dits artisans, d’adjouster ledit aduertissement à la fin de chacun chapitre de chacun ordre desdites colonnes.D’autant que ceîuy
qui n’auroit affaire que de deux ordres de colonnes, comme, pour exemple de la Dorique 5c ded’Ionique, se voulant passer des
autres, s’il n’estoit deserit qu’à la fin du premier chapitre dudit premier liure, 5c à la fin du sécond, suiuant madite promesse ; en
seroient par ce moyen lesdits artisans frustrez, s’ils n’auoient recours ausdits precedens chapitres,comme aussi moy de la volon-
té que i’ay de les enseigner à bien faire, suiuant la trace delà curieuse recherche des mesures que ces bons anciés architeéles ont
tant eu de peine à trouuer esdites colonnes pour les amener à perfection de leur excellente beauté, pour la décoration des plus
superbes Temples ôc magnifiques Palais; qui se soient peu édifier, ny qui se puissent par cy-apres propenser ne projeter.
loading ...