Montfaucon, Bernard de
L' antiquité expliquée et représentée en figures / Antiquitas explenatiore et schematibus illustrata (Band 2,2): La religion des Egyptiens, des Arabes, des Syriens, des Perses, des Scythes, des Germains, des Gaulois, des Espagnols et des Carthaginois — Paris, 1722

Page: 332
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/montfaucon1722b/0133
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
3,1 L'ANTIQUITE' E X P LIQU E'E, fcc. Liv. n.
sold.n l'aura gâtée pour en tirer ces lames d'argent, qui suppléoient à u
partie de la peinture , ne sâchant pas qu'il en auroit tire bien plusdeprofi'
^L- s'il l'avoit vendue entière à ceux qui la cherchoient avec tant de soin. çv '
"""" table ctoit presque une autre fois plus grande que sur nôtre imace n '
avons été obligez de la réduire. La lép.irer en plulicurs planches, comme
a fait dans l'édition de Pignotius ; cela ôte tout le rapport que non-sculemert
les figures, mais aussî les actions représentées, ont les unes avec les autre
la mettre en son entier, elle sera si grande qu'on sera obligé à faire beaucou
de plis &c de replis qui ruinent bientôt une eltampe ■ le plus sur parti e(t
sans doute celui que nous avons pris.
I I. Plusieurs ont tente d'expliquer cette myiterieuse table. Celui qu;
passe pour y avoir le mieux réussi elt Pignorius,.dont le livre fut imprime à
Amsterdaml'an 11Ï70. c'est l'édition dont je me suis servi. Pignorms ne parL
ordinairement qu'en doutant, &: ne donne ce qu'il avance que comme des
conjectures. Le père Kirker venu depuis explique tout, &: ne doute presque
jamais : il n'y a point d'énigme qui rembarasse. Voici en peu de mots mon
sentiment sur cette table, elle paroit toute lymbolique & énigmatiqueîon
apperçoit d'abord que cette grande quantité de figures si différentes, rangées
»vccordre, renferme quelque sens myiterieux. Mais savoir si cela repre-
sente quelque histoirc des dieux de l'Egypte, ou quelque systéme envelopp»
de la religion du payis, ou les cérémonies, ou quelque instrilction morale
ou plusieurs de ces choses ensemble; c'elt ce qu'on ne peut tenter, ce me llm-
ble, sins hazarder de s'y méprendre. Nous voions dans cette tablé la figure
de presque tous les dieux des Egyptiens, & nous les y reconnoillons parle
secours des autres monumens. Une autre chose qu'on y remarque aisément,
c'est que comme dans un théâtre on y voit plusieuts actions distinctes, où
les mêmes personnes reviennent souvent, & où elles se trouvent encore quel-
quefois répétées dans la même action.
III. La table elt. divisée en ttois larges bandes, &: chaque bande est di-
stinguée en plusieurs parties ou actions différentes: dans la première j'en re-
marque quarte, dans la séconde trois, & dans la troisiémequarre : onze parties
qui font comme onze seenes d'un Acte. La première personne elt le dieu 0(1-
ris quia d'une main un anneau où tient une croix , dont nous avons parlé
-au chapitre d'Ilis; 6c de l'autre main un bâton, au bout duquel elt unetétî

elt milirem quempiam adeptum illam, laminas argen- tumscherriaturTltamdiverlôrum,il!oordine pohtonim
tcjs cvullilu- &: labcractallè totam, igiurutn sdlicet se nmnerum , aliquem complecli l'cnsum arcanum. Vo
pluris illam integram imacramque venditurum fuillc rum an aliqua slic historia numûium ^pvptiacorum,
iis, nui illam Ijmmo Itudio perquirebant. Tabula an aliquod obscurum involutumque .--^-- reliçionii
fere duplograndior crat ea cjuam nos hic exliibemus: iltius,.ui cerenioni.c rcligionis cjus'tem, an aliquiprj-
minorem exhibendam eue putavimus, quia (i illam ceptioncs morales, an lucc, inquam, aut ex liis plun
111 plurimas minores tabulas diU'cdtam exuihuillemus, limul repr.rsententur dicere ; id non videtur iine cr-
ut in editione Pignorii act mi cil, ailini-atrin , qinm r.indi periculo tenrari polse. In liac tabula omnium se-
p.mcs luigij i- cum tota tabula liabent, abitulilTcmuS' redeorum j£gyptiucorum rôrmam consuicimus^eos
ïï inregram dedillcmus , eadem qua exemplar crat aliorum moiuimcntorum ajminiculo intcrnoùriimiî.
niagnitudine , l'a-pius complicita tabula cito periill'ct. Aliud ctiam liic sacile observatur , nempe quaii in
I I. Arcanam hanc seu meusam seu tabulam ex- llieatro sccn.is limitas & aâa reperin , ubi easjetn
plicare multi tentaverunr : qui longe melius, quam person.v plurics occurrunt , uno ci.* in eadcin ipla
c.i-tcri, rem suscepill'c Se exlequutus elle putattir, Pi- Iccna aliqu.uulo repetuntur.
gnorius elt, cujus editione Amlrclodameiilianni 1670. III. Tabula très in partes oblongas dividitur.par-
ulus sum. l'ignorius subdubitans semper , mctuenlque tesque tuigulx in plures Iccnas seu achis dillribuuntur.
conjecturas expromit luas ; P. vero KirKerus rem poil In prima parte quatuor seenae , in secunda très, in
illum aggreirus.omnia cxplanar,nunquamseredubirat, tertia quatuor ; e.r [tint ccu undecim llcu.v. Qui pss"
explicantem nulluin xnigma inorarur. Qiiid de tabula mus occurrit elt deu. Oliris, qui altéra manu uniiu-
illa ll-ntiainhicpaucis expromam : ea l'ymbolica tota lum tenet, cui lirerct crux , de qua supenus ubi de
te ïnigmatica videtur. à'tatim intclli^itur huile tan- llidci altéra manu baculum , inctljul luprema part»
loading ...