Montfaucon, Bernard de
L' antiquité expliquée et représentée en figures / Antiquitas explenatiore et schematibus illustrata (Band 2,2): La religion des Egyptiens, des Arabes, des Syriens, des Perses, des Scythes, des Germains, des Gaulois, des Espagnols et des Carthaginois — Paris, 1722

Page: 411
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/montfaucon1722b/0305
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DIEUX DES GERMAINS.
cusemcnt au lecteur. Il y en aura peutêtre même qui douteront que cette
figure ait represente quelque dieu , & que le nom qu'on lui donne Toit ancien.
Quoi qu'il en soit, la voilà telle que nous l'avons trouvée.
IV. Samuel Grosser dans Ton hiitoire de la Lusace, imprimée in sol. à
Ltpsic l'an 1714. a donné la forme de plusicurs anciennes divinitcz decepayis:
La première ell Prono, qui avoit, dit-il, soin de la justice & du marché : il
tient une pique, & un bouclier fait presquc à la manière des ccusTons de ces
derniers sieclcs: ce qui feroit juger que si c'est une idole, l'idolâtrie aura rc-
çnc en ce payis-là dans des tems bien bas: la séconde image cil de Chrodo,
dont nous avons déjà parlé : il étoic, dit Samuel Grolser, adoré par les Slaves
dans laforètHcrciniCj&il rcprélcmoit Saturne. La troisiémccstTripla, fem-
me à trois têrcs ; c'étoit Diane, qu'on appelloit Trivia , que plusicurs disent être
la même qu'Hécate : la quatrième cil Porevith, qui preûdoit aux dépouilles ;
c'clt un homme à cinq têtes : la cinquième elt Suantovith, figure à quatre
têtes ; c'étoit le dieu principal du p.iyis : on le prenoic pour Apollon ou le
Soleil. La ilxiémc est Radegast, qui tient une halebarde, aiant une tete de
bœuf sur la poitrine, 6c une aigle lur la tête. La scptiémccilSiwa, qu'on croit
être une Venus, «S: que d'autres prennent pour la déclTcdclavic. La huitième.
ellFlyns,qui cstrepréicnté en dissérentes manières; premièrement comme un
homme vêru d'un grand manteau, qui porte un lion sur les épaules &: sur la
tête , & qui tient un grand ssambeau : enluite comme un squelctc qui porte
aussi un lion : enfin comme un homme a (lis &: mal bâti, qui porte un ssam-
beau , il a une couronne sur la tete, & des pieds monstrucux.

i\ statux noriciam juvabit : non decrunt rortasse qui
dubitciu an bec alicnjus numioù lia tua lit, & an id
nommis Busterïchus sie antiquumnecne. Ut ut cst ,
en illam, qualis antehac delincara fuir.
IV. Samuel Grostcrus in hiiloria Lusacix rypis
data Liplîx in fol. anno 1714- multorum hujutec re-
gionis Duminum figuramnomenqueprotulit. Primas,
hiqiiitîlle,dcusesl Prono, qui juilitix S: sori curam
gerebat: hastam ille ccnctacqucclypcuin, qui clypeus
tbrmam habet seutorum & insignium inrinii rvi :
imd s arçui vidctur, si sit idolum , idololarriam in hac
regionc in h mis adhuc lieu lis vi gui sse. Secundo sche-
mate rcprxlentatur ilIcipscChrododcquo supradixi-
mus : is, inquit Grosscrus, a Slaviscolcbatur in silva
Hcrcinia &: Saturnuin repriscntabar. Tcrtium cst
Triglatriplicivultu ,crarque Diana illaTriviadivta,
quam plurimi camdcmclïc dicuiit, arque Hccotcn :

quarrnni idolum cst Porcvirhi ,qui [poliisprxsidcbstrs.
cst vir quuiquc instrucbis capiribus : quinrum cst
Suantovirh , quatuor capituSlU instructa ihtua , erat-
que deus in rcgioncilla prxcipuus, ac pro Apolline
vcl pro Sole habebatur : sexcum cst Radcgasti, qui
hastam tenet &caputbovis in pctîtorcgestar; eitis co-
pia inlîdct aquila : septimum cst Sîvc, qui Venus
puMtnicllc , quamque alii prodea vitx liabcut :ocla-
vam qucnidam Flyns/eprcseatat, qui tribus cxlubc-
tur formis. Prima figura cst liominis magno palho
tecli, qui Iconcm humeris & capire sustinct, ma-
gnamque tacem tenec ; lecunda cst oslliiin humanoi nm
compages, quam Scctetmn dicîmus, qux Iconcm Jîmi-
li modo gestat-, terria cst liominis sedentis nul, bar-
baricoque more concinnati, qui faccm sïmilitct
gestatj corona cxoniaturmonstrolblqLie pedes habet.

Tom. II.

Ggg
loading ...