Muzeum Narodowe <Breslau> [Editor]; Muzeum Śla̜skie <Breslau> [Editor]
Roczniki Sztuki Śląskiej — 4.1967

Page: 184
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rszs1967/0244
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
184

MARIA STARZEWSKA

a Wilanów — avec la vue d'une rue en ville. On
y remarąue des analogies visibles avec le coffre de
Torgau de 1551, du maitre H. S.

Ce sont les petites images d'architecture en pers-
pective qui constituent une formę locale. II n'y sub-
siste des anciennes representations que le motif de
Pedifice. Et la perspective devait etre signalee par
les portes ouvertes dans differents sens. Ce genre de
motif architecturel en perspective se repand des le
debut du XVIIe siecle, surtout sur les coffres, pour
passer ensuite, vers la fin du XVIIe et au cours du
XVIIle siecles, a la ceramiąue et aux meubles popu-
laires.

Dans le domaine de 1'ornamentation, la mar-
ąueterie manifeste une grandę richesse: des motifs
abstraits et geometriąues (ferrements, entrelacs, car-
touches reployes) des motifs de plantes stylisees
(mauresąues, mauresąues en bandes, mauresąues en
enroulements) et des motifs realistes (arabesąues,
plantes et grotesąues).

Les mauresąues et les enroulements apparaissent
le plus tót, sur les ouvrages datant d'avant 1570, les
mauresąues d'apres les modeles de Flótner. Ensuite
1'ornementation d'enroulements avec les elements de
la grotesąue d'apres les modeles de Cornelis Bos de-
vient la plus freąuente. L'ornementation de maures-
ąues en bandes, la plus typiąue pour les marąueteries
silesiennes, se developpe a partir des annees 70 du
XVle siecle jusqu'au debut du XVIIe siecle. L'orna-
mentation en ferrements, surtout celle des annees 80,
se lie aux ornements en mauresąues en bandes. A la
fin du XVIe et au debut du XVIIe siecles, apparait
une nouvelle espece de mauresąue, autrement stylisee,
plus organiąue, tandis que les enroulements disparais-
sent. II n'y a guere d'objet a marąueterie d'avant 1600
ąui n'ait ete decore de motifs de plantes. Cet ornement
apparait seul ou bien lie aux autres motifs sauf les
ferrements. L'ornement en arabesąues et en entrelacs
est sporadiąue. On rericontre 1'arabesąue dans les plus
anciens ouvrages de l'hótel de ville de Wrocław,
(1563), et, plus tard, sur la chaire de Kostrza, (1585).

La composition des elements ornamentaux des
marąueteries silesiennes, ąuels qu'ils soient est sy-
metrique. Les motifs sont disposes le long de l'axe
vertical. Ils ont un caractere uni, compact, et consti-
tuent un ensemble fermę, avec une tendance visible
a la disposition concentrique. Les couleurs du fond et
des elements decoratifs gardent a peu pres le meme
rapport, quoiqu'on ne suivit pas toujours les conseils
de Vasari.

On peut distinguer deux etapes dans le develop-
pement de l'ornamentation en Silesie. Pendant la
premierę, environ jusqu'a 1600, la marqueterie, a cóte
de l'art d'appareilleurs, avait une importance parti-
culiere. Par rapport a Pepoque de la haute Renaissan-
ce, on voit que les formes deviennent de plus en
plus stylisees et geometriąues. Pendant la deuxieme
periode, environ a partir de la fin du XVIe siecle, le
style de 1'ornement commence a se developper dans

le sens oppose et prend progressivement des traits
realistes. D'abord on observe les influences italiennes
(indirectes, agissant a travers les modeles allemands);
cependant au cours de la deuxieme periode, apres
1580, ce sont les influences neerlandaises qui devien-
nent de plus en plus evidentes.

L'art de la marqueterie n'a pas evolue de la meme
faęon dans differents pays europeens. On le rencontre
surtout en Italie et en Allemagne ou il a pris les
formes bien distinctes. Etant donnę la situation poli-
tique de la Silesie a cette periode et 1'appartenance
ethnique d'une grandę partie de sa bourgeoisie, sur-
tout wrocławienne, les marqueteries silesiennes ont
plusieurs traits communs avec les marqueteries
allemandes. Toutefois, malgre toutes les analogies,
on peut observer aussi quelques particularites sile-
siennes dans ce domaine de l'art decoratif. Mais
1'importance de ces particularites n'est pas grandę
parce que les artistes puisaient aux memes sources
et s'inspiraient des memes modeles.

Ce n'est pas par hasard que l'art de la mar-
ąueterie s'epanouit dans la seconde moitie du XVIe
siecle et qu'il tend a disparaitre au cours du premier
quart du XVIIe, les memes dates etant d'ailleurs plus
ou moins valables pour toute 1'Europe centrale. La
marqueterie dont les traits caracteristiques etaient le
dessin lineaire et le contour dur fut adoptee surtout
par les styles plastico-lineaires, comme la Renais-
sance, le Manierisme et, plus tard, le decor Rococo.
Cest pour les memes raisons qu'elle fut rejetee par
les styles ou dominait la peinture nuancee du clair-
-obscur, comme le baroque. Entre autres traits de
manierisme que 1'on trouve dans les marqueteries, il
faut citer la predilection pour la virtuosite de la ligne
et pour la composition tres compliquee de l'ornement.
Le contraste entre une decoration delicate et le
meuble lourd, charge d'elements architecturaux, est
aussi typique pour la periode du manierisme. Les
traits qui distinguent les marqueteries silesiennes te-
moignent plutót d'un certain ecart du manierisme: la
figuration y est calme, peu expressive, l'ornement
evite 1'abstraction et tend au realisme, sa composition
est plutót fermee que continue. Dans les marqueteries
de 1'Allemagne meridionale, surtout a Ulm ou a Augs-
burg, les traits typiąues du manierisme sont beau-
coup plus marąues. II y avait plusieurs ateliers
d'ebenisterie qui produisaient les marqueteries mais
deux d'entre eux meritent une attention particuliere.
D'abord, c'est Patelier de Wolf Riss, auteur des stalles
du choeur de Peglise Ste Marie-Madeleine a Wrocław,
a qui on peut attribuer entre autres les boiseries de
Phótel de ville a Wrocław. II se caracterisait par un
ornement de mauresques en bandes, dans deux tons
de brun. Ensuite, c'est Patelier d'Ezaias Flaschner,
auteur des stalles a Oława et peut-etre aussi de celles
de la chapelle de la familie Muller a Peglise Ste
Elisabeth a Wrocław. II multipliait les enroulements
et les plantes exuberantes realistes et ses ouvrages
etaient multicolores.
loading ...