Muzeum Narodowe <Breslau> [Editor]; Muzeum Śla̜skie <Breslau> [Editor]
Roczniki Sztuki Śląskiej — 4.1967

Page: 186
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rszs1967/0246
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
180

TADEUSZ CIEŃSKI

des espaces vides qui se sont introduits entre
la couverture exterieure roidie et le tronc de
la sculpture ainsi que 1'apaisement du gęste
et de l'expression 4.

Ces changements sont visibles en Europę
Centrale, autant qu'en France, bien qu'appa-
raissant ici une trentaine d'annees plus tót et
d'une manierę plus discrete, s'attaquant menie
a la sculpture tombale en depit de toute con-
vention 5.

En Allemagne, cette premierę vague fut
plus prononcee, se faisant sentir un peu meme
dans la statuaire de Naumburg, par exemple,
dans la statuę d/Uta 6.

Le dernier quart du XIIIe siecle vit la
naissance de la deuxieme etape des change-
ments, se repandant sur l'enveloppe roidie et
reduite ■— qui commence a nouveau a se de-
tendre, devenant plus convexe et plus pleine
— tel etait, par exemple, le gisant de la
tombe du Saint Erminold a Prufening. Les
forces qui naguere gonflaient le bloc, arretent
de nouveau leur action dans les 20 premier es
annees du XIVe siecle signalant une reduc-
tion des energies internes de la statuę —- deja
la troisieme periode des formes qui s'affais-
sent, se fanent et meme paraissent pendre sur
1'effigie. La tombe d'Anne Gros a Nuremberg
peut en donner une idee et servir d'exemple.

Les deux etapes, la deuxieme et la troisie-
me n'ont qu'un caractere transitoire, mais ne-
cessaire pour preparer et engendrer la qua-
trieme etape, anoelee etape des formes re-
montantes — la derniere de la periode qui
nous interesse, mais aussi la plus expressive et
la plus longue, comprise environ entre 1320
et 1350. Sa statuaire est parallele a l'epoque
des courants mystiques, et en reflete la men-
talite et l'emotivite extasiee.

Les caracteres plastiques de l'epoque, issus
de la transformation des formes fanees de la
phase precedente, affectent autant 1'aspect ico-
nique que cubique de la statuę. En ce qui con-
cerne ce premier, il faut noter:

1. une homogeneite nouvelle, faisant dis-
paraitre definitivement les espaces sous la
couverture du bloc qui se colle intimement au
tronc de la statuę; 2. sa desarticulation qui la
fait paraitre comme unie et depourvue de re-
lief, reposant d'ordinaire sur les jointures;
3. son flechissement, comme si la statuę fei-

gnait de ceder aux forces venant de l'au dela;
4. les nouvelles proportions des tetes amincies
et fines et des corps allonges, parfois freles
et immateriels, sur pieds ne reposant pas sur
des supports, mais flottant au dessus de la
terre — bref — figurę livree aux influences
de l'au-dela.

Cette nouvelle expression de l'effigie ico-
nique fut associee a des modifications essen-
tielles de l'aspect cubique du bloc statuaire.
L'equilibre des trois dimensions disparait —
la profondeur etant reduite en faveur de l'e-
tendue dans un plan unique, le contraposte
„par contrastę" au XIIIe. siecle, s'applatit en
contraposte parallele fermę dans un plan, la
surface s'emeut perdant le repos des phases
transitoires, — mais la nouvelle mobilite est
tout autre que celle du XIIIe siecle — proce-
dant surtout de la naturę des lignes, flechis-
sant parfois l'axe principal de la figurę, im-
posant souvent une deformation lineaire,
a commencer par de simples dehanchements,
jusqu'au deplacement calligraphique de tout
le bloc.

Toutes ces modifications sont enfin parve-
nues a faire disparaitre tout ce qui pouvait
encore persister de la formę du XIIIe siecle
et, lorsqu'elles furent pleinement appliquees,
reussirent a faire exprimer a la statuę, elo-
quement, 1'elan mystique de l'epoque.

Cette statuaire une fois constituee, n'a pas
retenu son uniformite, donnant bientót nais-
sance a des nuances de formes variees —■ telles
les formes dites squelettiques, represen-
tant surtout la sculpture des Saints Sepulchres,
les formes letales des gisants des eveques fran-
coniens, les formes a l'axe en semi-spirale —
tels les apótres de la cathedrale de Cologne —
pour ne citer que les plus connues parmi
maintes autres.

Ces caracteres essentiels de la sculpture de
l'epoque mystique ne constituent un ensemble
cios que dans les sculptures representatives
de la periode, en dehors desquelles leur appa-
rition est, soit isolee, soit limitee en nombre,
intensite et composition. Ce dernier cas se ren-
contre deja dans la phase precedente des for-
mes, ou leur naissance graduelle peut facili-
ter la determination des dates et des donnees
particulieres des sculptures.

II. DETERMINATION DU STYLE SCULPTURAL

Les phases evolutives de la sculpture decri-
tes ci-dessus correspondent a des periodes et
parfois, dans certains de leurs traits, a des
territoires determines. II s'ensuit que la de-
couverte de certains caracteres sculpturaux

4 Voir Beenken, p. 20 et suivantes.

5 Voir Weigert, p. 164.
,; Voir Weigert, p. 101.

propres aux phases, sur la statuę du gisant
Silesien peut contribuer a la determination de
ses donnees temporaires et topographiques7.

7 Dans la periode qui presente un interet dans
le cas du gisant silesien (1295—1325), ce sont, du point
de vue chronologiąue, la phase de formes gonflees
finissant vers 1300, celle de formes fanees et affais-
sees, jusqu'a 1320 environ — et le debut de la phase
loading ...