Texier, Charles
Description de l'Asie Mineure: faite par ordre du gouvernement français en 1833 - 1837 ; beaux-arts, monuments historiques, plans et topographie des cités antiques (Band 3) — Paris, 1849

Page: 176
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/texier1849bd3/0177
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
i7G )

une forêt d'oliviers sauvages, couvrant tout le versant septentrional de la presqu'île, et s'étendant fort au delà de
la nécropolis. On trouve, au milieu des arbres , un très-grand nombre de cippes ou d'autels funèbres , dont quelques-
uns sont d'un travail exquis (I) ; ils sont généralement décorés de têtes de victimes et portent des guirlandes de fruits.
J'en ai observé cependant plusieurs qui paraissent avoir été dédiés à Esculape ou à Apollon, et qui sont ornés d'un
énorme serpent s'enroulant en spirale autour du cippe. Quelques-uns de ces autels sont funéraires et portent des noms
romains. Nous fîmes, avec l'équipage de la Mésange, quelques tentatives pour emporter un de ces monuments, mais
il fallait des agrès que nous n'avions point pour les descendre sans les endommager, par des sentiers impraticables.
L'ensemble des murs de Cnide est aussi parfait que l'exemple que nous mettons sous les yeux du lecteur. Les tours
sont dans un état de conservation complète, mais elles sont toutes en assises réglées.

PLANCHES CLX1L —CLX111.

HIÉRON DE GN1DE.

Au milieu de la nécropolis s'élève un édifice qui diffère par son style de tous les monuments que j'ai rencontrés
jusqu'à ce jour. Il se compose d'une grande plate-forme orientée de l'est à l'ouest, et soutenue du côté du nord par
une terrasse de 42"%8o de longueur; la largeur de la plate-forme est de 43"',8o. Dans cette enceinte sont deux mas-
sifs carrés ayant 6 mètres de côté, et séparés par une distance de i Im,à5. Chacun de ces massifs est composé de trois
assises qui forment une hauteur totale de im,55 ; elles sont en assises réglées. Le libage qui remplit ces massifs est en
grosses pierres de taille de forme quadrangulaire. Au centre de chacun de ces massifs s'élève une base hexagonale qui a
de côté im,2i ; chacune d'elles supportait une colonne triangulaire aujourd'hui renversée, mais dont toutes les assises
sont disposées sur le sol selon l'ordre qu'elles occupaient quand l'édifice était entier. Le triangle du plan de la colonne
n'est pas complet, les angles sont abattus; et en étudiant le rapport de ses faces avec les grands côtés, on voit que la
projection s'est effectuée suivant la règle suivante. Il a été tracé un cercle avec un rayon de iœ,âi , on a inscrit dans
ce cercle un hexagone dont le côté a par conséquent i"',2i (le côté de l'hexagone est égal au rayon). Dans le même
cercle on a inscrit un triangle équilatéral dont trois côtés sont parallèles aux trois côtés de l'hexagone, et toute la
partie du triangle qui sortait en dehors du polygone inscrit, a été supprimée. Chacune des colonnes a été composée
de onze assises, en y comprenant la base et le chapiteau.

Le chapiteau est également triangulaire; il se compose, comme on peut le voir dans la figure, d'un abaque et d'un
talon. Dans sa partie supérieure, il est percé de quatre trous qui ont servi à sceller un objet de bronze, qui était évi-
demment un trépied. Ces trous sont disposés exactement comme sur le fleuron du monument choragique de Lysi-
crate à Athènes. Tout le pourtour de la terrasse est formé par un mur de construction pélasgique d'un magnifique ap-
pareil ; dans l'angle nord est une petite porte qui n'a que im,3o de large, et qui donnait accès dans l'enceinte sacrée :
elle est encore surmontée de son linteau de pierre. La terrasse forme, dans l'intérieur, un parapet à hauteur d'appui, qui
est couronné par des dalles de pierre. Tout le monument, en un mot, est parfaitement intact, et l'on voit que les co-
lonnes ont été renversées à dessein pour enlever les trépieds. Il n'existe aucune inscription qui nous fasse connaître la
destination de cet édifice. J'avais pensé, au premier aspect, que ce pouvait être un pyrée des Perses; mais je rejetai
bien vite cette conjecture, dès que je fus assuré que les colonnes étaient surmontées de trépieds. Le trépied joue un
si grand rôle dans les villes de la Pentapole, que nous ne devons pas hésiter à regarder cet édifice comme construit
dans un but politique et religieux. Nous savons que les assemblées triopéennes se tenaient en ce lieu même. En l'ab-
sence de tout document écrit, ne peut-on pas supposer que cette enceinte était destinée à la réunion des députés des
villes qui s'assemblaient sous la protection d'Apollon? J'ai dit quelques mots de l'enceinte du Panionium que j'ai
observé à Tchangli près de Priène(2). J'ai donné, dans la planche, les deux colonnes rétablies sur leurs bases; mais cette
restitution ne peut être l'objet d'aucun doute , je l'ai faite dans le but de ne pas multiplier les figures.

PLANCHE CLXIV.

Spécimens de sépultures de Cnide. Ces tombeaux sont des enceintes avec des sièges pour les réunions funèbres.
Les corps étaient déposés dans des caveaux. L'autel a été retrouvé en place.

w Voyez tome II, pi. CXXXIV. (2) Voyez tome II, Ortygie.
loading ...