Texier, Charles
Description de l'Asie Mineure: faite par ordre du gouvernement français en 1833 - 1837 ; beaux-arts, monuments historiques, plans et topographie des cités antiques (Band 3) — Paris, 1849

Page: 90
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/texier1849bd3/0091
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
(9°)

MAGNÉSIE.

XVI.

La chaîne du Pactyas forme un groupe montagneux qui s'étend de l'ouest à Test,
depuis la mer jusqu'à la vallée du Méandre. Elle est bornée au nord par la vallée du
Léthaeus, dont le cours se dirige vers l'est, et au sud par la vallée de Atchiova. Au
moment de joindre la plaine de Magnésie, cette vallée se rétrécit, et forme un col dont
le prolongement portait, dans l'antiquité, le nom de mont Thorax. Le revers oriental
du mont Pactyas, du côté du Méandre, se prolonge en ligne droite nord-sud, de sorte
que la plaine de Magnésie se trouve encadrée, au sud et à l'ouest, dans une enceinte
carrée.

En entrant dans la plaine par la vallée du Léthaeus, que j'ai décrite plus haut, on
voit à gauche un village composé de quelques huttes, remarquable par une source très-
abondante qui forme un beau bassin entouré de platanes. Des débris d'architecture
assez nombreux couvrent le sol. En suivant la pente de la montagne vers le village de
Gumuch, on aperçoit à mi-côte une vaste grotte ouverte vers le sud. Je n'ai trouvé dans
ces ruines aucune inscription qui pût me faire connaître l'ancien nom du village; mais
cette grotte est, je pense, un indice suffisant pour y reconnaître le village de Hylae, qui,
selon Pausanias, était voisin de Magnésie (,), et se distinguait par une grotte consacrée
à Apollon, et dans laquelle on conservait une très-antique statue de ce dieu.

J'ai eu cent fois l'occasion d'observer combien les anciens historiens géographes sont
exacts dans leurs descriptions. Un passage de Xénophon, relatif au site de Magnésie,
nous mettrait sur la voie pour reconnaître l'emplacement de cette ville, quand même il
ne resterait pas d'autres preuves dans les ruines de ses édifices. Avant que la ville ac-
tuelle fût fondée, il existait dans cette plaine une petite ville du nom de Leucophrys,
qui était voisine d'une source thermale très-abondante, formant un lac d'un stade
d'étendue, et dont l'eau était potable. Elle était célèbre par un temple de Diane (2). Cette
localité se reconnaît aujourd'hui près du village de Gumuch. Il y a des sources chaudes,
près desquelles existent encore des ruines de bains romains. Les habitants viennent de
fort loin y prendre des bains. Aujourd'hui, ces sources n'étant plus entretenues s'épan-
chent dans la plaine, et forment la majeure partie des marécages qui la rendent si mal-

UJ Pausanias, Phocide, liv. X,chap. XXXII. L'armée des Grecs campait à Leucophrys, lieu remar-

(2) ... .xod ÈWoivikov k Aewotppuv, Ma. h ÀpTepSo; to îepov {«&« quable par le temple de Diane, qui est en grande véné-

â'ywv, xstt Xfyw) Tr\éov \ sto&w Û7U(tya(/.p.o;, âéwao; 7toti'[/.ou vm ration, et par un étang de plus d'un stade, dont le

ôsppa u^aro;.( Xénophon, Hellenica, liv. III, ch. 2, p. 241, fond est sablonneux, l'eau vive, bonne à boire, et

Gail.) chaude.
loading ...