Philostratus, Flavius [Editor]; Philostratus <Iunior> [Editor]; Callistratus <Sophista> [Editor]; Vigenère, Blaise de [Transl.]; Artus, Thomas [Transl.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara, 1933-2]

Page: 567
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0589
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
D E S C Y R O. ss7

main droi&e sur ceste crouppe de montagne. Mais comme les Grccs eustènt
entendu de l’oracle}qu à nul autre nestoit destiné de prendre Troye fors aux
Eacides, Phenix est enuoyé par mer en Scyro pour en amener de là cet in-
fant, ou estat abordé,il se rencontre d’auenture auec celuy qui ne le cognois-
soit, austi ne l’eust-il pas cogneu, stnon entant que la gentilieste de son visage
sur vne si forte &C puistante taille le manifestoit estre fils d’Achilles : & de là
conie&urantquic’estoitilsemanifesteàLycomede, &Deidamie. Voilace
querartificede ceste peinture reduitteensipetitvolumenouspeutappren-
dre; qui nous est icy representée selon qu’elle a fourny de stijed aux Poetes
d’escrire.

ANNOTATION.

C y r o s est ainsi appellée des croustons de pierre} &: plarreaux dont elle esl
scmée}àguise des escailles qui sortent dumarbre, &: autres telies pierres dures
quand on les taiile, car le mot de emporte cela: c’est au surplus vnelsie
de i’Archipel ou merEgée, visàvis presque de laterre-ferme d lonie, à my-
chemin de Negrepont &: Methelin y ayant vne ville de mestne nom3&: du nom-
brcdes ^.Iiles dittes les Cyclades, commcmetPlineliure 4. chap.12. où il la
dit contenirqüelquessept ouhuid lieuësde tour seulement, & auoir autrefois csté appeüée
Syphnus, Meropee,&: Acis,anciennement habitéedes Pelagiens, &desCarienSj selon Ste-
phanusau liuredes viües:mais pourautantquelleestfortplatte3parquoylesvents ypeuuent
donner en liberté de toutes parts,cela auroitpeumouuoir Sophocle deluy donner PÉpithete
cs\ y etviszcJxhçy venteuse. LemesmePline^iu^. chap.17. en racontevneestrangemerueille,què »
les pierres de ceste Isse toutes entieres surnagent dans l’eau3&: reduittes enpoudre elles vontà »
fonds. Ce qui est le propre de la pierre ponce, qui fait le mcsme sans aller pescher plus au loing »
ce iniracle : car la raison naturelle y est toute apparente, d’autant que la pierre ponce, que les
Latins appcllet Puwex, & les Grecs Hiasueiç, mot approchàt de 2zve?ç3 aussi met-ii au 11. chap.
que les excellentcs pierres ponces dont on vsoitselon Catulle, pour pollir la chair &:la rendre
plus douce au toucher, se trouuoient és Isses de Scyros,Melos>&: les Eolicnncs : la Ponce doc-
ques en sonentiercstant fort rare&spongieuse,auecpiusieurs trous&:concauitezoùii s’em-
ferme beaucoup d’air, ceiaest causedel'afaire surnageten l’eau, là où quandelle est commi*
nuee en menusfragmens&parcellesqui se vienncntàresserrer&:conioindre,lairensort: ce
qui lafaitalierenfonds selonsanature picrrCuse.

Lygomedes fut Roy de l’Isse desslisdite, duquel Pausanias és Arcadiquçs deduit ainss
lagenealogie, apresles versdecertain AsiusSamienfils d’Amphiptoleme: carc’est de luy,à
mon opimon, dont il parle, attedu ce qu’il mct là des insulaires proches voisins des Ioniensen
lamer EgLt.Phemx eut dePerïmede fille d''AEnce,A(Iipsilée0& Purepe.D’'Ajîipâléeçfide Ncptune sutjïis
JPncée qiu regna shr les Lelegetes. Ancce ayant ejsouscSamie sille du Pleuue Meandre en eut Perilaus, Enu-
dus, SamnSjsir Ahtherfes,& vne sille apyellèe Parthcnops de lacsuelle & d’Apollon vint Lycomedes.

Nerevs fils aisné de l’Ocean& de laTcrre,selon Hesiode ensaTheogonic,est pourceste
occasionfeint des Poëtes estre Dieu dc lamer, & fortsouuentmispour lamermesme. Phur-
nutelederiuc‘NOT'rS nager. Deluy doncques &: desafemme&sœur Dorissortirent cin-
quante filles qu’onappelle les Nereïdes, selon Pindare entre les autres en la 6. des Isthmien-
nes, &Orphée enseshymnes,dunombredesquellesfutThetys. Orphéc en ses Argonautes
Pappelleleplusanciendes Dieux: & Hesiodevieil &ancicn, ànjdp ^Àëaoj , dont Vir-
gile à son imitationau 4. des Georgiqueslenomme Grandxum, &Pindare auantluyen la 9*
Pithienne; met : quelevieillardMarin ordonnoitde loiier mesmesonplus que mortel aduer-
saire, qui cust exploitté quelques belles choses aucc lustice&: equité.

D e vivre lonçucmentfanshonneuresireputation. Cecy esttirédu 9. del’Uiade,où Achilles
parleainsià Aiax &: Vlyise, qui luy auoient esté enuoyez auec Phenix pour le rappaiser : fAtmp
yè ts fjLt tpincn dtx Ç)tTLç ctpyuzpmÇct, &c. Ma mere la Deejfe Thetys aux heaux pieds argentins mepredit
qii ily auoitdeux dejhnées qui me dcuoient condmre d ia sin de mes tours. Carfi ie demeure icy serme vaiilam-
ment comhattantdeuant Troye^ leretourmefera ofifi mais cn recompenfe i’auray aufivnegioire immortelle.
Jguefïie retourne d la maïson en ma hien-aymèe Patrie, rna reputation demeurera ejieinte, & la <vie me Jur-
ahondera longuement,fans que la mort me vienne empoigner que hien tard.

BBb ij
loading ...