Philostratus, Flavius [Editor]; Philostratus <Iunior> [Editor]; Callistratus <Sophista> [Editor]; Vigenère, Blaise de [Transl.]; Artus, Thomas [Transl.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara, 1933-2]

Page: 577
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0599
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ET ACHELOE. 577

nient, l’autre ioüoitdes ssuttes,& la tietxe de la lyre, formant de tout celaensemblevn si doux
& melodieux concertde mufîque, qu îl faisoit perir les nauigateurs qui passoient par là, s’ils
s’amusoient àles escouter, ainii queleracôtc Homere au douziesme de i’OdyiTée. Cet Ache»

- ioe doncques eut le combat aucc Hercule, qui cst dcpeint en ce tableau : Ôc ce pour raison de

Dciamrefiüe d’OEneusRoy deCalydon,quil vouloit auoir en mariacreparforce: ÔCnon-
obstant qu il se transformast en plufîeurs manieres, mesmcment en Taureau, Hercules neant-
moins en vint à bout, ôcluy arracha vne corne, qui sutdepuis appellée la çorne d’abondance, ,2
ou cornucopie, ayant esté rcmplic de toutes especcsde sseurs&de fruids par lesNaiades.
Strabon liure io.refere allcgoriquement cela à cc qu Herculepour raisondei'affinitéqù'il
prit auecques OEneus, par le moyen dequelques digues Ôc leuées, arrestàles inondations de
cesseuucqui gastoitsouuentlapluspartduterntoiredeCalydonïe, &:mit àsec l’vn deses ra-
meaux qui estoit le plus subjeft àse desborder, ioind que selon Plutarque au commencement
du traiâ;é3 £)uil saut qtïvn Vhilojophe conuerfeauec lesgrands, leditauoireu la reputation d’estre
fortexpertàia conduitedeseaux, Nousauonsdeiiatouché lesurplus surletabieaudeMeles,

& amené en cet endroit ies vers de Sophocle en la Tragedie des Trachyniennes,qu’allegue le
mesme Strabon à ce propos, dont Philostrate a emprunté toutei’entrée dece tahleau, Ouide
au 5>. des Metamorphosestraidefort elegamment&parle menucestefable.

O E n e v s fut nls de Parthaon, ôc Roy de Calydon vilie de l’Etholie, à deux lieuës de îa
rner, aucourdelaquellepaste lariuiered’Euene. Desafemme Althéeil eutMeleagre, dont ii
sera parlé cy-apres en son tableau, Tydée,& Deianire : toutesfois Hyginus au izcj.chapitre
met que Bacchus estant d’aduenture arriué au iogis d’O Eneus,il s’en-amoura de sa femme Al- „
chéefille deThestius, dequoy le mary s’estant apperceu, pourleurdonnermeilleurloissrde
ioiierdeleurs ieux, s’cn alla aux champs, si que Bacchus i’cngrossa deDeianire,&pourla „
courtoisic qu’il luy auoitfàide,luy donaduplant de vigne,luy enseignant commeil lafalloit „
cultiuer,si que le vin fut depuis appelléde son nom oTi/oçquasi OEneus, lequel au reste fuc
ayeul de Diomedes, fifs d’iceluy Tydée : Ôc ayant esté depossedé de son Royaumepar ses ne-
ueux enfans d’Agrius,fils aussi de Parthaon,& pcre de Thersites, il futhumainement receu de
Diomedes en Argos, lequel pour l’amour de luy, comme le recite Pausanias és Corinthiaques,
meut laguerre enCalydonie contre les dessusdits, mais voyantqu’il n y pourroitpas perssster
à la longue,sut cbtraintde se departir de ceste entreprise, si qu’ils s’en retournerent tous deux
à Argos, où OEneus deceda quelquc temps apres, &c fut là enseuelyenvn endroit de ceste
viîîe, qui deluy fucdit OEnoe. Hyginusau 175. chapitre, le raconted’vneautresorte,quc ce
fut Agrius mesmequi chassa son frere du Royaume, pourc • qu’il le voyoit sansenfans : car
Meleagre estoîtmort,comme ilse dira cy-apres,Tydée decedé au siegedeThebes?&: Deiani-
re emmenée parHercules. Sur ces entrefaidesDiomedesfilsdeTydée&deDeiphyle, re-
tournantdelaprise de Troye, commc il sceutqueson ayeul auoit ainsi esté priué de son heri-
tage,vinten Etholie auec Sthenel fils de Capanée,& fit laguerre contre Opopasfils d’Agrius,
qu’il mit à mort,&: chassà Agrius du Royaume qu’ii auoit vsurpé, le restituant à son ayeul,dont
Agriusde regret setuasoy-mesme.

De la murntureque Calydonaprise tn Arcadie, ayantnmeguïrlande d'Ëtes re. II fait icyallusionà »
ce que les Arcadiens, qui semaintenoien,t estre le plus ancien peuple de toute la terre, voire »
deuantla Lune,comme metPlutarque enlaseptante-sixiesmequestion Romaine,&:enla 91.
estansissusdelaterre}ilsauoientparconsequentgrande aflinité auecles chesnes Ôc fousteaux,
quiproduisentlegland, lafaine,dont ilsvescurent apresqucleur Roy Pelasgusleurencut
enseigné l’vsage .* car auparauant ils se contentoient d’herbes Ôc de racines. Arcas puis-apres
fils de lupitcr, &dela NymphcCalisto, leur monstraàlabourerlaterre, &semer le bled,ce
qu’il auoit appris de Triptoleme fils de Ceres, à cuire du pain,& àtistredes draps delaine pour ^
leursvcstemenSjComme leur auoitappris Adrista, auec plusieurs autres ciuilitez:& dessors elle »
prit ienom d’Arcadie,estantauprecedentappellée Pelasgie,ainsiquemetPausanias és Arca- »
diques.

Hercvles 'vient de gayetéde cœuren pajsant chemin. II y a au Grec, oJbv cc qui est

passe en Prouerbe, quandonfait incidemmentquelque chose qui n’estoit pas dire«ftement de
son principal propos 6c intention, aliena a reyropofta} diroit Ciceron : &c Cesar en plusieurs en«
droits, Ex itinere aggredi.

D e ce Dieu auecques l’imincible Heroe. C’estoit l’ordinaire des anciens au Paganisme, d’appel-
îer les sseuues Dieux, ÔC leur sacrifioient comme à tels, les Phrygiens mesme au Meandre,& à
Marsyas : ce que vousauezpeuvoircy-deuantaussi surle tableau d’Antiloque du zy de 1T-
liade, où Achilles auoit voüé d’oflrir sa premiere cheueleùre \ Sperchieo

CC,€
loading ...