Philostratus, Flavius [Hrsg.]; Philostratus <Iunior> [Hrsg.]; Callistratus <Sophista> [Hrsg.]; Vigenère, Blaise de [Übers.]; Artus, Thomas [Übers.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara Nr. 1933-2]

Seite: 673
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0697
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
DE PHILOSTRATE. 6n

ioiiyirant ainsi delacompagnied Vnqui a la noticede tantde choses3vous
racontiez tout ce quevous auez oüycle iuy. Vtgneron. Et par Iupiter ie fe~
roistortàcePhilosbphe&Heroè* amateurde ia verité,si ie la taisois&ne
Thonorois, ayantde coustumede rappeller lamerede iavertu. Phenicien.

11 me semble dés lc commencement de nos proposvous auoirasîez aperte-
mentdeciarécequi metrauailioit iesprit, &vousdis encores que ie isad-
iouste pas aisément foy aux choses fabnieuses : la cause de ceste mescroyan-
ce est5 queie nè mesuisiamâisrencotréeauecquespersonequi lcsait veuës: àce'qu-Ho?
car svndesPoëtesdit Tauoirainsiapprisdvn autre : lautre, qusil le pense
ffinsi, & cestui-cy a prisenmaindexteller vnHçroë. Maiscequiseraconte clüllcs'
deleurgrandeur, &commeil$paisoientdequinzepiedsde haut, iestime-
roisceiaestre fort plaisant à oiiyr. Neantmoinsceluy qui lesvoudra con- l)
fronteraucc les ôeuuresdeNatiore, &àlamdure& proportion de ceux
d’auiaurdhuyje reputera à vne pure menterie. Vigneron. Et depuis quand
auez-vous commencé àpenserque celanefustvray-Ièmblable? Phenicien.
Autres-foisestât encores commc garçoiv'e croyoisàlaverité telles chosés:

§Crna nourrilsemcn faisoit tout plein de beaux contes, mc les entonnant
aux oreilles pour mappaiser si ie criois, par fois aussi ie ne lailsois pas de brai-
re & pleurer. Maisdepuisque iefusparuenu en adolescence3ie n 3estimay
plus y deuoir adiouster foy iàns quelque authorisé tesmoignagc. Vigneron.

Mais ce qn’on dit de ProthesiIaüsiÔ£ come il s apparoist icy, ne s auez-vous
iamais oüy? Phenicien. Et comment 1 aurois-ie veu, que ceque ien ay
mesme entenduce iourd’huy de vous, icny adioustepointdefoy? Vigrn-
ron. le commenceray donc monpropos par les chosesancicnnes, leJsquelles
voussontainsisuspeâres: carvousauezdit,cemesemble,quevousfaibtcs
doute que les hommes fussent en ce siede-là hauts de quinze pieds. Mais
comme cek soit assez notoire, exigez ce qui reste de nostre discours touchat
Prothesiküs, & tout ce que vous voudrcz enquerir des Troyens, car i’esti-
me que vousny voudrezenriencontredire. Phenicien. Vousditesbien,
faisons-le ainsi. Vigneron. I’auois vn aÿeul fort instmit de k pluspart des
choses que vous reuoquez en cîoute, lequel disoit que le sepulchre d’Aiax
Put vne fois demoly des vagues de k mer, sur le bord de kquelle il estoit dres*
sé 3 & que lesossemens qui y estoient monstroient le corps auoir esté haut
de quinze pieds: car TEmpereur Adrian lors qu’il alla à T roye5lesfit rassem-
bler &: ssemettre en îeur naturelle assiette & dilposition, & en ayant amia-
blement embrasse quelques-vns, fic refaire ce monument. Phenicien. Cer-
tes5 ce nVstpassanscàusejsiiemedeffiedesembîablescomptes, Sclestienne
pour vti péu suspedes, car ceque vous me dites icy cest apres vostre Pere
grand dequi vous lauez appris, ou peut estre de vostre mere, ou vostre
nourrisse, maisde ce que vous pouuez vous-mesmc auoirveu, vous nen
sonnezmot,si vousneditesdaduenture cequevousauez peu entendrede ia Clio » Pau-
k bouche de Prothesiküs. Vigmron„ Si i'estois vn faiseurde contes au CeTqu«. &
iour la ioutnée, ie vous alleguerois icy îe corps d’Orestes que les Lacedcmo- Sau'dTu
niens trouuèrent en kNemée dedix à douze pieds delong. Et cetautrc qui îcbui«?& c
long-temps auparauant aiioit esté enseuciy en k-Lydiedans vn cheual <&o
loading ...