Philostratus, Flavius [Editor]; Philostratus <Iunior> [Editor]; Callistratus <Sophista> [Editor]; Vigenère, Blaise de [Transl.]; Artus, Thomas [Transl.]
Les Images Ov Tableavx De Platte Peintvre Des Deux Philostrates Sophistes Grecs Et Des Statves De Callistrate — Paris, 1629 [Cicognara, 1933-2]

Page: 702
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/artus1629/0726
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
7oi PROTHESILAVS.

niere que nonobstantqne le corps organique soit corrompu &resoult de son premier e(l:rcs
roperation ne cessera pour ccla, ains demeureront quelques restcs de scs afFedions, tout ainsi
qucle feu estant ostc hors du soiiyeroud’vn fourneau, la chalcur ne s’en abscnte pastoute si
tost, ains demeure, ceque lcs Grecs appellent tjunvpdC^. Yirgile ne i’a pas ignore nonplus,
quand au stxiesme de l’Eneïde il dit ainsi

JPu.e gratia curruum >

Armorûmque fuit vïuis ,quœ cura nitcnteis
Pasccrc cquos, eadem fcquitur tcllure repossos.

Dequoy ne s’eiloigne pas dutout austi saind Augustin, leqUel aduoue que îes ames separées
du corps retiennét encores pour quelque temps vn restouuenir de l’inclination qu’ils auroienc
euë en cettevie temporclle ; cc que ie mesme Poëte explique encorcs plus ouuertemcnt au
mesme iieu,

JihtiK & supremo cum lumïne vita reliquit}

Non t'amen omne mdum misros, necsunditus omneùy
Corporeœ excedunt peftes ^penitûsque necesfc eft
Multa diu concreta modis tnolefcere mores.

A quoy monstre tôuloir battre austi Philostrate, quand il ditcy-àpteSj gue Tmheftlauss'exem
4 totptceqtùdependdu meftierde laguerre&des armes. Mais cc qui fait le plus à ce propos, ést ce qui
se retrouueen certaines Annales de Candiots, que ies esprits des defun&s, qu’ils appellent les
Cathecans ou Incubcs b souloient retourner en leurs corps, 8c en ieeux accointcr de nouueau
leurs femmes: Pour à quoy obuier,& qu’ils ne les molestastent plus de la sorte,ils auoiet accou-
stumé de fxcher vn cloud dans leur cœur,&: bruslcr leurs corps:ce que touche aucunementHo-
mereau 23.de l’Iliade, où il introduit Patrocle apparoistTant en songeà Achille, auquelil dics

Nlû&o/tiots aicsno, t7Ïr,v yjv&ç XÙiftÿg’n*

lem retournerayplw des Ensers apres que vous aurez, bruftémon corps. Saxon Ic Grammàirieh en ses hu
stoires de Dannemarch, 8c de Nortuege, 8c Olaus Magnus des rcgions Septentrionales en ra-
content tout plein de choses toutes semblables,mais qui sont à la veritc disparuës ôc aneanties,
comme austi de mesme és Indes Occidentalcs, depuis la reception dela foy Chrestienhe, &£
specialement où le sainft Sacrement dè l’Autel repose, Or pour euiter plusieurs doutes 8c difE-
cultez qui pourroient sourdre en cet cndroit, il y en a qui ont mieux aimé prendre vnc àutrc
route 8c adreste, 8c dife que ces esprits familiets que nous hommbns autrementfolets, sont ie
ne sçay quoy à part entre les Demons 8c les hommes: cbmme Paracelse en son craité des hom*
mes spirituels, mais la plus-part pris dc Psellus Philosophe Platonicien, qui receuttoutcela,
ce dit-il, d’vn nomm'é Marcus, qui menoit vne vie solitaire 8c contemplatiue en ce Cherrone-
se, dont ilest icy question. Paracelsedoncquesconstituë vne maniered’hômmesqü’il appellc
spirituels, parce que leurs corps sont beaucoup plus subtils que les nostres,meu à Cela de cettc
philosophique consideration,qu’on 11e peut paster d’vn extreme à rautre,stnon par vnc moyen*
ne disposition : teliement qu’entre i’homme qui est mortel,& a vh cbrps corruptibIe,&: le De~
mon quiestimmorteljonapenséqu’ily doiue auoitvne tierce natureparticipante comme des
deux, &:quine soit hel’vnne l’autreià sçauoir ,quiait vn cofpsausti biehquel’hommè, mais
plus rare 8c subtil sans eorhparaisoh,à guise d’vn air moins espois que ne sont les nuces,sans au~
cune terrestre solidité, parquoy nostre œil ne les sçaitdisccrner, stnoh entant qu’il leur vient à
gré. Psellus à ce propos\Lanaturedesdemonsneftpus janscorps}ainsensnt.dr ontcommerceaueclescho-
Jès corporellesf que mejmes on les peuttoucher:& font subitùfs aux pajsiûns-, JJecialcment les Soufterrains f
quilspeuuent scntirle feu, & laijfentpar sois descendres de leùrsbrufleures. Poursuit par apres Para-
ceIse,qu’ores qu’ils soient subieds à la mort 8c resolutibn,iIs sontncantmoins de trop plus lon-
guc durée que nous ne sommes. Et comme lè demon est moyen entre les hommes 8c les Dieux
du tout abstraits &separez de corps, parceque les hommeshabitentlaterre,&:IesDieuxle
ciel: les creatures ou hommes spintuejs le sont entre les hommes& Demonsd’vn costé, &Ies
hommcs& lesbestes brutesde l’autrc, àcausequ’ils n’ont pointd’ameraisonnablejainsàleur
mort tout perit en eux. II en faitau restc de quatre sortes,selon le n5bre des Elemens, 8c qu’iîs
participentplus de celuy où ils font leur habitation principale. A sçauoirles PygméesouGno»
monSjComme il lesappeile, qui resident dans les entrailles de la terre,&: plus creuses concaui-
tez des montagnes: les Nymphes Naïades ou Vndcnes en l’eau: ies Syluains 8c Geanrsen l’air,
és plus destournées 8c profondes forcsts:&: ceux-cy sont les moins accostables de tous auxper-
lonnes, fors Ies Vulcains qui rcstdentaufeu. A chacundesquels leur elementparticulierestlc
mesme qu’aux animaux l’air,aux pcistons l’eau,aux taupes& vers la terre : 8c aux Pyrales ou
Pyrustes le feu, selon Pline Iiure vnziesme, chapitre trente-sixiesme. Esfournatj'es cn Chypre, 0ù
lon fondgr assine le cuyureyau bcau mitieu de laptmgrande ardeur du seujè voidvnc mamere dcpetit beftiori
a quatrepiedsyqm a des aistes de lagrmdeurd’vnegrojfe moufche àppelU Pyralis3 & dtaucuns Pyraustes} tant

qtiil
loading ...