Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Société de l'Histoire de l'Art Français [Editor]
Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art Français — 4.1878

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.26387#0042
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
2 10

peletier, conseiller d’État, intendant de la généralité de Soissons,
regretté de la province. » Sans ajouter aucun détail, les faits disent
tout ce que refuseroit la modestie du magistrat que nous perdons.
J’ai l'honneur, etc. — Un citoyen de Soissons.

(Journal de Paris, 28 juillet 1784.)

IL

Au citoyen Meynier, sur le prix de peinture qu’il vient d’obtenir
pour son tableau de la Muse Erato écrivant dans un bosquet sous
la dictée de l’Amour :

Tes rivaux ne sont pas surpris
Qu’on ait couronné ton ouvrage ;

L’Amour, la Muse et le Bocage
Te méritoient chacun un prix.

(.Journal de Paris, i3 frimaire an X) .... par le citoyen J.-M. Noël.

III.

Le citoyen Hennequin, disposé à exécuter son tableau en grand du
Combat de Nazareth, avertit les militaires qui se sont trouvés à cette
affaire qu’il se fera un devoir de les représenter dans son tableau. Il
fait aussi l’invitation aux parens de ceux qui y trouvèrent la mort de
lui procurer les portraits qu’ils pourroient en avoir. Il est bien juste,
ajoute-t-il, que le soldat qui contribue si fort au gain des batailles
trouve parmi ses contemporains et la postérité des amis justes et
reconnoissans.

Hennequin, rue de Vaugirard, n° 820.

(Journal de Paris, ier nivôse an X.)

IV.

Philippe Lasalle, artiste lyonnais.

En considération des services rendus aux arts par Philippe Lasalle,
doyen octogénaire des artistes de Lyon, auteur des portraits sur
étoffe et pensionnaire de l’ancien gouvernement, le Ministre de l’In-
térieur a arrêté que ce citoyen, à tous égards recommandable, seroit
inscrit sur l’état des savants et hommes de lettres pour une gratifica-
tion annuelle de 1,200 francs.

Ses enfants reconnaissants ont envoyé au premier Consul le por-
trait en étoffe de l’impératrice de Russie Catherine II. On admire
surtout la guirlande de fleurs dont les couleurs et nuances sont fon-
dues avec une perfection qui le dispute à la peinture et surpasse la
broderie. Il a été exécuté il y a trente ans sur un des métiers inventés
par cet artiste dessinateur, mécanicien et fabricant. Le pareil est à
Pctersbourg avec des vers de Voltaire.

On regrette que l’âge de cet artiste et tout ce qu’il a éprouvé des
 
Annotationen