La chronique des arts et de la curiosité — 1920

Page: 25
DOI issue: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cac1920/0036
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
N° i. — 1900.

BUREAUX: 106, BD SAINT-GERMAIN (68)

99 ffWrifir.

LA

CHRONIQUE DES ARTS

ET DE LA CURIOSITÉ

SUPPLÉMENT A LA GAZETTE DES BEAUX-ARTS
Les abonnés à la Gazette des Beaux-Arts reçoivent gratuitement la Chronique des Arts et de la Curiosité

Prix de l’abonnement pour un an :

Paris : 18 fr. — Départements : 20 fr. — Étranger : 22 fr.

Le üsT\im.éro : 1 Franc

PROPOS DU JOUR

n journal a signalé un fait grave. Des
œuvres d’art provenant de la France
envahieseraient mises en vente chez
des marchands de Berlin, sans que
notre service de « récupération artistique »,
confortablement installé à Wiesbaden depuis
quinze mois, s’en doute le moins du monde.

Ceci fait toucher du doigt, si l’on peut ainsi
parler, cette lacune du traité de paix que la
Chronique signala dès le mois de juin dernier et
que nous dénonçons de nouveau : alors que la
Belgique a obtenu — et c’est justice — des
réparations complètes pour les spoliations et
destructions d’œuvres d’art dont elle a souffert,
rien n’a été spécifié à cet égard pour la France.
De sorte que non seulement nous serons dé-
pouillés d’innombrables objets, mais que nous
ne pourrons en exiger la compensation en
œuvres d’importance analogue ; que nos négo-
ciateurs ont eu l’air de se désintéresser d’une
question de capital intérêt ; et qu’une organi-
sation tout à fait insuffisante a été prévue pour
essayer de remédier à ce fâcheux déficit.

Organisation insuffisante! Ne dit-on pas que
le fonctionnaire envoyé de Wiesbaden à Berlin,
sur les indications d’un particulier, ne savait pas
l’allemand? Et ce service de Wiesbaden (pour-
quoi Wiesbaden et non les centres du marché
(les œuvres d'art, Munich, Leipzig, Berlin?)
serait entièrement distinct de celui des restitu-
tions industrielles, fonctionnant à Berlin comme
si nos fameuses cloisons étanches administratives
étaient articles d’exportation ! 11 y eut aussi un
bureau de récupération artistique à Paris ; quels
furent son rôle et son action? Le moment est
venu de les faire connaître.

Jamais on ne déplorera assez le manque
d’énergie de notre gouvernement, laissant
passer sans protester une intervention d’un
ministre allié, lequel fit rayer purement et sim-
plement du Lraité. à la veille de la signature, la
clause réparatrice qui y avait été inscrite à la
sollicitation pressante de nombreux écrivains
d’art et de l’Académie des Beaux-Arts. Les Belges

furent plus énergiques; ils n’ont point admis
que leurs œuvres d’art fussent indignes de la
notion de compensation ; ils se sont refusés à ce
qu'elles fussent séparées en cette matière,
des objets de toutes autres catégories. Pourquoi
faut-il qu’en France, où l’on prétend que Fart
est de telle conséquence, de telle impérieuse
préoccupation, on en ait jugé différemment?

NOUVELLES

Musées.

A dater du 1er mars, la direction du Lou-
vre procédera à l’essai d’un projet de modifica-
tion des heures d’ouverture des musées na-
tionaux.

Suivant ce projet, les musées nationaux
seront fermés de midi à deux heures, et ils ou-
vriront leurs portes au public tous les jours
sauf le lundi, à des heures variant selon la sai-
son, et qui seront jusqu’à nouvel ordre fixées
comme suit :

-1° du 1er au 31 mars, de 10 h. à 12 h. et d
14 h. à 17 h. 1/2 ;

2° du 1er avril au 30 septembre, de 10 à 12 h.
et de 14 à 18 heures ;

3° du 1er octobre au 1er février, de 10 h. à
12 h. et de 14 à 16 heures.

*** Depuis le 25 février, les tapisseries de
Bruxelles formant la série des « Chasses de
Maximilien » sont provisoirement exposées au
Musée du Louvre, dans la salle Lacaze, dont
la réorganisation est imminente.

*** Par décret du 10 février, M. André Dératé,
conservateur adjoint au musée de Versailles, a
été nommé conservateur des musées nationaux
de Versailles et des l’rianons, en remplacement
de M. de Nolhac, admis à la retraite.

Un arrêté antérieur l’avait nommé professeur
à l’Ecole du Louvre.

*** Par arrêté du ministre de l’Instruction
publique et des Beaux-Arts en date du 20 février
un emploi de conservateur-adjoint est déclaré
vacant aux musées nationaux.

Un délai d’un mois à compter de ce jour est
accordé aux candidats pour produire leurs
1 titres.
loading ...