Cahier, Charles; Martin, Arthur
Mélanges d'archéologie, d'histoire et de littérature (Band 3,3): Nouveaux mélanges ... sur l'moyen âge : décoration d'églises — Paris, 1875

Page: 1
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cahier1875bd3_3/0023
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
NOUVEAUX MÉLANGES



D'HISTÜIRE ET DE ITTTÉRATURE

PIVERS ORNEMENTS ECCLÉSIASTIQUES.
MITRES, E-rc.
Plus d'une notice antérieure peut se référer au sujet de ce titre. De nombreux détaits
suriescrosses ontpris piace dansla P' série de ces Mélang-es (t. IV, p. 145-256), et 1e
P. Artbur Alartin y a multiplié les g-ravures avec une sorte de profusion. Dans 1a série
actuelle, nous avons dit quelques mots de Eancienne chaussure des prélats (t. I, p. 86-90),
et le rational (ou surhuméral) cEEichstædt a fait Pohjet d'un petittravail à part (t. II,
p. 183-202). Voici maintenant plusieurs indications mêlées, sur d'autres parties du costume
ecclésiastique. Les monuments n'y ahonderont pas assez pour que nous song-ions à en
prendre prétexte d'une histoire de chacun d'eux. Ge n'est pas qu'il n'y eut encore quelque
chose à dire en ce g-enre, mais les matériaux s'en peuvent rencontrer même dans des
travaux récents : comme 1e ///c^(??-?/ c/ ccc/c^Mc//cc/ o?^??c???c??? ?????/ ccc/z/???c commencé par
M. Pugin, et dans 1e èrc-s-c/kcA/c cfcr /?A?rÿ?Acàc?? 6rc?c?c???/c?^ de M. Fr. Bock. M. Ch. de Linas,
qui depuis longtemps s'occupe de recherches sur les tissus anciens et les broderies, s'est
trouvé tout naturellement conduit par ses études à examiner de près nomhre de vêtements
pontidcaux, aussi hien que les textes qui en peuvent éclairer l'histoire. La 7?cc??c c/c /'%?V
c/?'è/?c?? ainsi que ]es A?ï7dcc.S' ?/c.S' ???A.s/c??.s .sc/c??A'/i'ÿ??c.S' ont publié plusieurs frag-ments deces
dissertations, qui verront sans doute 1e jour ailleurs sous une forrne plus complète. Pourmoi,
je puis me rendre ce témoigmage que, sans avoir afRché de prétentions en pareille
matière, ilm'est arrivé d'y être assez malmené par un savant très-poli, du reste; tant
les spécialistes répugnent à tolérer c^uelque amateur faisantminede chasser sur lcurs terres,
si peu braconnier qu'il soit de profession ! Que faire pourtant, sous peine de n'être suivi
par personne, si l'on s'accorde autre liherté que ceiie d'une promenade de curieux en ter-
rains trop jalousement gardés? L'un prétendrait qu'on expfiquât hien d'abord toutes les
obscurités de l'Exode etdu Lévitique sur les costumes des ministres de l'ancienne Loi; un
autre entend que l'on soit initié avant tout aux secrets deia textrine antique, iydienne ou
IH. — i
loading ...