Gsell, Stéphane
Les monuments antiques de l'Algérie (Band 2) — Paris, 1901

Page: 39
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gsell1901bd2/0053
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CHAPITRE XIII

SÉPULTURES

Nous avons montré plus haut que la coutume d'ensevelir les
morts sous des eonsirutions en pierres sèches persistait encore
au temps des empereurs. Nous nous occuperons ici des autres
types de tombes usités en Algérie pendant la domination
romaine.

Observons tout d'abord que les deux rites de l'incinération
et de l'inhumation furent l'un et l'autre très en faveur jusqu'à
l'époque des Sévères1. Au 111e siècle, rincinération devint beau-
coup plus rare; au iv% elle disparut presque entièrement2.

Nous parlerons en premier lieu des sépultures individuelles ;
puis des caveaux souterrains et des mausolées, destinés, en
général, à abriter plusieurs morts.

1. Ces deux rites sont souvent associés d'une manière étroite. Dans des
cimetières, on trouve pêle-mêle des trous à incinération et des fosses pour des
cadavres : par exemple à Tipasa (Mélanges École de Rome, XIV, 1894, p. 378)
et à Constantine (Delamare, Exploitation, pl. 154). Des chambres funéraires
contenaient à la fois des corps inhumés et des cendres : voir plus loin, aux
mausolées, nos lo, 30; Mélanges Éc. de Rome, XIV, p. 379-380; etc.

2. Il s'agit ici des païens. On sait que les chrétiens ont toujours repoussé
ce rite.
loading ...