Jéquier, Gustave ; Ägypten / Maṣlaḥat al-Āṯār [Editor]
Le monument funéraire de Pepi II (Band 2): Le temple — Le Caire, 1938

Page: 9
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/jequier1938bd2/0019
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXTÉRIEUR DU TEMPLE.

9

9. Les parois de la chambre sont brutes, non épannelées; il n'y a pas de dallage, ni même
un sol pilonnë. Aucune trace de sarcophage.
3. 11 n'existe pas de ser&ê à côté de la chambre.
J'ai dëveloppë ailleurs O les raisons pour lesquelles j'estime que les pyramides annexes, sem-
blables à celle-ci, qui à partir de la V" dynastie, occupent toujours l'angle sud-est d'une enceinte
funéraire royale, ne sont pas des tombeaux. Aux constatations émises ci-dessus et relatives à
l'intérieur du monument, il faut encore ajouter les suivantes, qui sont d'une portée plus générale.
ù. H n'y a jamais, sur la face est de ces petites pyramides, ie moindre vestige d'un local où
ait pu être célébré un culte funéraire, chapelle ou même simple stèle avec table d'offrandes.
Le fait est tout particulièrement évident ici, où le dallage et la base du revêtement sont dans
un état de conservation parfait.
5. La pyramide annexe existe aussi bien dans l ensemble du monument funéraire d'une reine
que dans celui d'un roi, ce qui exclut d'emblée son attribution à la femme du roi régnant,
comme on avait jusqu'ici coutume de le faire, sans toutefois pouvoir mettre un nom sur cette
reine supposée.
Le sens réel de ces petits monuments annexes n'est pas encore déterminé de façon certaine.
Cependant, comme la pyramide n'est autre qu'un dérivé, une stylisation du grand fétiche d'Hé-
liopolis, il y a lieu de penser qu'il s'agit simplement d'un symbole solaire où l'on déposait une
fois pour toutes quelques offrandes alimentaires destinées à assurer la transmission de la nour-
riture journalière au défunt par l'intermédiaire du grand dieu, dont le roi, son descendant
direct , se réclamait une fois de plus en érigeant l'emblème sacré à coté du temple où se dérou-
laient les rites traditionnels, mais non solaires. On pourrait également, avec AI. Borchardt,
voir dans les petites pyramides les tombeaux du royal
On remarque sur le dallage, entre le temple et la petite pyramide, les vestiges très nets d'un
mur de pierre, épais de a coudées seulement, au faite cintré, ainsi que nous le montrent plusieurs
blocs gisant à pied d'œuvre; la hauteur de ce mur ne pouvait guère dépasser ù ou 5 mètres;
il devait être percé d'une porte dont rien ne nous indique l'emplacement, mais qui très vraisem-
blablement se trouvait en face de la porte du couloir.

EXTÉRIEUR DU TEMPLE.
Le temple de Pepi 11 est une construction rectangulaire adossée à la pyramide et coupant
en deux parties égales le grand préau qui s'étend en avant de la pyramide, du côté est, à l'in-
térieur du mur d enceinte. La communication directe entre ces deux cours est établie par un
couloir qui longe d'un côté le mur du temple, de l'autre le mur d'enceinte, et que des portes
O de /'yicecd^'e des /77.sc7'7p^'o77.s. îqay, p. 188; jUmrde-s dw Sei'idce des t. XXVII, p. 5q à 6o;
Les P7/7YM7M&S des 7'C777C.S Æeè e% dpOH7^ p. 11.
^ Zeûsc/n'T^yïir neg*. -Spi-ccAe, LXXIII, p. 110, note 5. It semblerait cependant que, pour le tombeau d'une partie
importante de la personnalité royale, on aurait pris la peine d'aménager le caveau d'une façon correspondant au pian du
caveau de la grande pyramide voisine, ce qui n'est jamais le cas.
loading ...