Maspero, Gaston
Études de mythologie et d'archéologie égyptiennes (Band 1) — Paris, 1893

Page: w
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/maspero1893bd1/0448
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ET TRAVAUX EXÉCUTÉS EN EGYPTE

239

hommes contre le soleil. Les chasseurs de gazelles y viennent
faire la sieste pendant l'été, et c'est une coutume qu'ils ont
héritée de leurs ancêtres les plus reculés, car parmi les
inscriptions j'en ai remarqué une d'un scribeThoutmosis, en
hiératique de la XIXe ou de la XXe dynastie. Un Sémite a
écrit son nom presque à côté en caractères araméens : c'était
peut-être quelque marchand, ou, comme les Syriens d'au-
jourd'hui, quelque drogman de dahabièh accompagné de ses
touristes. Les graffiti grecs sont très intéressants. Les plus
longs ont été tracés par un certain Dexios, qui était garde-
chasse en chef du nome Panopolite, et qui se reposa plusieurs
fois en cet endroit pendant ses tournées officielles. Des
figures grossièrement gravées avec la pointe d'une flèche ou
d'un couteau se mêlent aux écritures. Lr—
sentent des gazelles, des chevaux, un ho E. ^At/J
quelques-unes des oies affrontées qui sont un =J~ J^sm^J
Min, le protecteur d'Akhmîm, ou l'image di =_ p^jljj^^
le phallus dressé, le bras levé, les deux plun ë_£!
entouré d'un grand cercle. Les années s'éc E
nisme égyptien et grec cède la place aux secE ^
et les moines du voisinage viennent à leE- ^ g>
visite au rocher. La plupart n'y mettent <E~0 ^- 5
Johannès \ Leontios, Daniel, Paniscos, (=^- ^3
Peut-être l'un des dix ou douze Nestorios, d< E- ^
trace, est-il le célèbre hérésiarque, qui fut e) E_2? vj |
y vécut et y mourut. Quelques pieux personiE. —
leur titre une profession de foi et une prière : E_œ >J
dieu qui secourt Théophilos, » ou bien « - E
pauvre sire, priez pour moi, afin que Dieu 5

C

— ni

péchés. » Le christianisme ne tarde pas à dé = £

succède au copte: aujourd'hui encore les cl=f w

1. Le nom de Johannès est écrit à plusieurs rer. sr c

barré qu'on rencontre dans les papyrus coptes d'Akhn: EJ£> $

que le dialecte de ces papyrus était en usage dans ce E ÇJ^ O
environs, comme à Thinis et peut-être à Siout.

f °s

= m *- c

E^1 □ £

i o °
loading ...