Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingt-Unieme = Siecle De Louis XIV., Tome II): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794257]

Page: 220
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd21/0226
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
220

FINANCES.

CHAPITRE XXX.
Finances et règlement.
Si l’on compare l’administration de Colbert à toutes
les administrations précédentes, la postérité chérira
cet homme , dont le peuple insensé voulut déchirer
le corps après sa mort. Les Français lui doivent cer-
tainement leur industrie et leur commerce, et par
conséquent cette opulence dont les sources diminuent
quelquefois dans la guerre, mais qui se r’ouvrent tou-
jours avec abondance dans la paix. Cependant en
1672 on avait encore l’ingratitude de rejeter sur Colbert
la langueur qui commençait à se faire sentir dans les
nerfs de l’Etat. Un Bois-Guillebert, lieutenant-général
au bailliage de Rouen , fit imprimer dans ce temps-là
le Détail de la France en deux petits volumes , et pré-
tendit que tout avait été en décadence depuis 1660.
C’était précisément le contraire. La France n’avait
jamais été si ssorissante que depuis la mort du cardinal
Mazarin jusqu’à la guerre de 1689 ; et même dans cette
guerre le corps de l’Etat commençant à être malade
se soutint par la vigueur que Colbert avait répandue
dans tous ses membres. L’auteur du Détail prétendit
que depuis 1660 les biens-fonds du royaume avaient
diminué de quinze cents millions. Rien n’était ni
plus faux ni moins vraisemblable. Cependant ses
argumens captieux persuadèrent ce paradoxe ridicule,
à ceux qui voulurent être persuadés. C’est amsi qu’en
Angleterr e, dans les temps les plus florissans , on voit
loading ...