Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingt-Unieme = Siecle De Louis XIV., Tome II): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794257]

DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.49768#0251
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
SCIENCES.

245

chercher en paix des vérités , tandis que le fanatisme
opprimait toute vérité. Charles II, rappelé sur le trône
de ses ancêtres par le repentir et par 1inconstance de
sa nation , donna des lettres-patentes à cette académie
naissante ; mais c’est tout ce que le gouvernement
donna. La société royale, ou plutôt la société libre
deLondres, travailla pour l’honneur de travailler.C’est
de son sein que sortirent de nos jours les découvertes
sur la lumière , sur le principe de la gravitation , sur
l’aberration des étoiles fixes, sur la géométrie trans-
cendante , et cent autres inventions qui pourraient à
cet égard faire appeler ce siècle Is Jlecle des Anglais,
austi-bien que celui de Louis XIV
En 1666, M. Colbert, jaloux de cette nouvelle gloire
voulut que les Français la partageaient ; et à la
prière de quelques savans , il fit agréer à Louis XIV
l’établissement d’une académie des sciences. Elle fut
libre jusqu’en 1699 comme celle d’Angleterre etcomme
l’académie française. Colbert attira d’Italie Dominique
Cajjlni, Huyghens de Hollande,et Roëmer de Danemarck
par de fortes pensions. Roëmer détermina la vîtesse
des rayons solaires. Huyghens découvrit l’anneau et un.
des satellites de Saturne , et Cajjini les quatre autres,
On doit à Huyghens , sinon la première invention des
horloges à pendules , du moins les vrais principes de
la régularité de leurs mouvemens , principes qu’il
déduisit d’une géométrie fublime. (37) On a acquis
(37' Huyghens et Roëmer quittèrent la France lors de la révocation
de l’édit de Nantes. On proposa, dit-on, à Huyghens de rester ; mais
il refusa . dédaignant de profiter d’une tolérance qui n’aurait été que
pour lui. La liberté de penser elt un droit ; et il n’en voulait pas à
titre de grâce,
Qs
 
Annotationen