Voltaire; Thurneysen, Johann Jakob [Oth.]; Haas, Wilhelm [Oth.]
Oeuvres Complètes De Voltaire (Tome Vingt-Unieme = Siecle De Louis XIV., Tome II): Siecle De Louis XIV. — A Basle: De l'Imprimerie de Jean-Jaques Tourneisen, Avec des caractères de G. Haas, 1785 [VD18 90794257]

Page: 309
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/voltaire1785bd21/0315
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DU CALVINISME. 3^9
CHAPITRE XXXV I.
Du Calvinifme au temps de Louis XII7.
Il est affreux sans doute que l’Eglise chrétienne ait Pourquoi y
toujours été déchirée par ses querelles , et que Ie ^dcs^que-
sang ait coulé pendant tant de siècles par des mains relies théoio-
qui portaient le Dieu de la paix. Cette fureur futgl<lues ?
inconnue au paganisme. Il couvrit la terre de
ténèbres, mais il ne l’arrosa guère que du sang des
animaux; et si quelquefois chez les juifs et chez les
païens on dévoua des victimes humaines, ces dévoue-
mens , tout horribles qu’ils étaient, ne causèrent
point de guerres civiles. La religion des païens ne
consistait que dans la morale et dans les fêtes. La
morale , qui est commune aux hommes de tous les
temps et de tous les lieux, et les fêtes, qui n’étaient
que des réjouissances , ne pouvaient troubler le genre-
humain.
L’esprit dogmatique apporta chez les hommes la
fureur des guerres de religion. J’ai recherché long-
temps comment et pourquoi cet esprit dogmatique,
qui divisa les écoles de l’antiquité païenne sans
causer le moindre trouble , en a produit parmi nous
de si horribles. Ce n’est pas le seul fanatisme qui en
est cause ; car les gymnosophistes et les bramins,
les plus fanatiques des hommes , ne firent jamais de
mal qu’à eux-mêmes. Ne pourrait-on pas trouver
l'origine de cette nouvelle peste, qui a ravagé la terre ,
dans ce combat naturel de l’esprit républicain , qui
V 3
loading ...