Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

L' art décoratif: revue de lárt ancien et de la vie artistique moderne — 1,2.1899

DOI issue: DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.34202#0254

DWork-Logo
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
eorges Lemmen fut l'un des
premiers ouvriers de l'art dé-
comtif moderne sur ie Con-
tinent. 11 avait débuté dans
la peinture par le portrait, des
vues d'intérieurs et des études
de nu. Aussitôt que se dessinèrent en Belgique
les tendances à réformer l art dans l'objet, nées
de l'induence de l'école de Morris, il se joignit
aux groupes d'artistes qui reprësentaient ces
tendances: l'«Esson>, les «XX», puis la «Libre
Esthëtique», et apporta à leurs expositions des
tapis, des broderies, des faiences, des mosaïques
de verre, des couvertures de livres et divers
autres travaux.
M. Lemmen s'est toujours renfermé à peu
près exclusivement dans la dècoration des sur-
faces; comme travaux en modelé, l'on n'a
guère de lui que quelques objets de serrurerie
en bronze, desquels on peut du reste présumer
que ses habitudes de dessin pourraient être
appliquées ègalement bien à ce genre de travaux.
Mais soit tempérament, soit volontè arrêtée —
probablement plutôt le second, — il a préfèrè
se spècialiser. En somme, à cette heure, ses
productions se rapportent en grande majoritè
au dessin des tapis, des ètohes et des papiers
peints, et à l'ornement du livre et de l'imprimè.
Le caractère des productions de M. Lemmen
a ètè dèhni à peu près dans ces termes par un
critique d'art belge, M. O. G. Destrée: «Les
qualitès qu'on remarque dans les portraits de
M. Lemmen sont aussi celles qui distinguent
ses travaux d'art appliquè. Que demande le
portrait, pour se diffèrencier des autres genres
en peinture? Beaucoup de conscience, une
exactitude scrupuleuse, la sûretè du dessin, une
science exacte de l'harmonie des couleurs. M.
Lemmen a tout celà. 11 met le même soin et
le même amour à traiter le moindre dètail qu'à
concevoir l'ensemble. Ce qui frappe tout d'abord
dans ses œuvres dècoratives, c'est la fermeté et

la sûretè du dessin. 11 n'est pas de ceux dont
le crayon se promène à l'aventure; rien n'est
laissè au hasard; il sait d'avance ce qu'il veut,
et y arrive haut la rnain ...»
11 faut ajouter, pour complèter ces lignes,
que M. Lemmen est toujours guidè dans ses
œuvres par des convictions raisonnèes. Ces
convictions out èté exposèes par lui-mème
dans un article de revue.
«La rènovation des arts dècoratifs — ècrivait
M. Lemmen — que suscita, en Angleterre,
le mouvement prèraphaèlite et qui, dans ces
dernières annèes et spècialemeut en Belgique,
a pris une si large extension, a bouleversé
l'esprit du public et lui a donnè une orien-
tation toute nouvelle.
«Auparavant l'homme de goût, l'amateur
le plus éclairè, collectionnait des antiquitès
ou possèdait une galerie de tableaux; et l'on
tenait à honneur de faire ressembler sa
maison à un magasin de bric-à-brac ou à la
succursale d'un musèe. Mais depuis que
certains artistes, remontant aux saines tra-
ditions des èpoques d'art disparues, songèrent
à doter de beautë nos objets familiers, à
embellir le dècor de notre vie, à faire œuvre
d'art, en un mot, hors du domaine ètroit
de la peinture et de la sculpture, — l'homme
de goût d'aujourd'hui a d'autres postulations.
S'il dèdaigne un peu les bahuts Louis XIII
et les tableaux de Meissonnier, il mèprise
ègalement le mobilier bourgeois qui date de
Louis-Philippe, il trouve hideux le papier à
ramages de son salon et s'aperçoit que tout
ce qu'il possède, depuis sa maison elle-même
jusqu'à son service de table en faux Rouen,
est d'une banalitè dèsolante, d'un incontes-
table mauvais goût !
«Aussi se propose-t-il de changer tout cela.
H aura une habitation commode et vaste,
bien éclairèe par de larges baies. Son mo
bilier lui viendra d'un ebèniste en renom,


229

L'aRrDÉco/iurrF. Vo. rs.

29
 
Annotationen